Dites bonjour à "l'Alpha Mini": haut de 24,5 centimètres, l'engin peut danser, réciter des histoires, mener des karaokés et même enseigner des mouvements de kung-fu aux enfants qui miment ses pompes. 

"Les robots stimulent la créativité des enfants", a assuré à l'AFP l'enseignante Byun Seo-yeon lors d'une visite de la crèche Maru, lumineuse et animée, à Séoul.

Le robot peut cligner des yeux et ses pupilles se dilatent et forment un coeur quand une conversation est engagée avec lui.

Avec une caméra sur son casque, il prend des photos qui sont instantanément envoyées sur une tablette pour être visualisées et analysées.

"A l'avenir, savoir comment gérer l'intelligence artificielle et ses outils connexes sera très important", a déclaré à l'AFP Han Dong-seong, de la division des soins aux enfants du gouvernement de Séoul.  

Les robots sont actuellement testés dans 300 écoles maternelles - accueillant généralement des enfants âgés de trois à six ans - de la capitale du pays.

Selon M. Han, cette "expérience aura un effet durable" tout au long de la vie des enfants. 

L'Alpha Mini a été adopté comme partie intégrante du programme quotidien de la classe d'élèves de quatre à cinq ans de Maru, sa capacité à "péter" sur commande étant un point fort de la récréation.

"Lorsque je lui demande de chanter, il chante bien. Je lui dis de danser et on danse ensemble", assure Lee Ga-yoon, 5 ans.