L'homme a été arrêté la semaine dernière dans la province d'Aceh, dans l'extrême-nord de l'île de Sumatra, alors qu'il tentait de vendre cette peau pour 90 millions de roupies (5.700 euros) à un policier en civil qui se faisait passer pour un client.

La police a aussi saisi le crâne du tigre, des os et des dents. Elle traque un homme qui aurait fourni la peau au vendeur.

"Nous estimons que le tigre était mort depuis environ trois mois", a déclaré Taing Lubis, vétérinaire à l'agence de protection de la nature d'Aceh, précisant que la bête avait probablement huit ans.

"Nous pensons que le tigre a été tué au couteau. Ses os du cou étaient en outre fracturés."

Le mois dernier, déjà à Sumatra, plusieurs contrebandiers avaient été arrêtés avec la peau d'un tigre et quatre foetus.

Le braconnage est responsable de quelque 80% des morts de tigres de Sumatra, selon  TRAFFIC, une ONG qui surveille le commerce de la faune et de la flore sauvage.

Le tigre de Sumatra est en danger critique d'extinction, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui estime le nombre de spécimens vivant toujours dans la nature à moins de 400.