Comme son nom l'indique, la procédure de liquidation judiciaire simplifiée est une procédure allégée et de courte durée comparée à la liquidation judiciaire classique. En effet, elle permet de vendre les biens de l'entreprise plus rapidement et ne prend en compte que certaines créances seulement (celles qui sont susceptibles de venir en rang utile dans les répartitions et les créances salariales). Et elle ne dure qu'un an au maximum (sauf prorogation de 3 mois) alors qu'une liquidation judiciaire classique a une durée moyenne de 2 ans et demi.

Crise sanitaire oblige, cette procédure vient d'être temporairement élargie pour qu'elle puisse profiter à un plus grand nombre d'entreprises.

Jusqu'alors, la procédure de liquidation judiciaire simplifiée était obligatoirement ouverte par le tribunal lorsqu'une entreprise, dont le redressement était impossible, n'avait pas d'actif immobilier, employait 5 salariés au plus et réalisait un chiffre d'affaires hors taxes de 750 000 € maximum.

Une personne physique sans aucun bien immobilier

Ces seuils sont temporairement écartés lorsque l'entreprise en difficulté est une personne physique. Ainsi, une telle entreprise fera l'objet d'une procédure de liquidation judiciaire simplifiée lorsque son patrimoine ne comportera aucun bien immobilier, sans autre condition.

Toutefois, en cas de nécessité, et si l'entreprise emploie plus de 5 salariés au cours des 6 mois qui précèdent l'ouverture de la procédure, le tribunal pourra décider d'ouvrir une procédure de liquidation judiciaire classique.

Art. 6, ordonnance n° 2020-596 du 20 mai 2020, JO du 21