S'outiller face à la reprise de l'activité. La CCI Gard, présidée par Eric Giraudier, organise un salon professionnel dédié à la relance des entreprises, le 28 septembre de 14h à 20h30 au Parc des Expositions à Nîmes. L'évènement est soutenu par la Région Occitanie, Axa, Groupama Méditerranée et Banque Populaire du Sud (BPS). Le public concerné est large : créateurs d'entreprise, cédants, repreneurs d'entreprises, commerçants, restaurateurs, entreprises de services, entreprises industrielles et de services à l'entreprise.

Ateliers pratiques

Entre autres animations, 13 ateliers pratiques, portant sur les solutions de création, de développement et de pérennisation de l'activité, seront proposés aux participants. Exemples d'ateliers : « Kit de survie du commerçant », « Google : comment évaluer et perfectionner sa stratégie de référencement naturel ? », « Qu'attendez-vous d'un jeune en 2021 ? », « Peut-on rester à vie micro-entrepreneur ? », « Cybersécurité, quels soutiens en Occitanie ? » ou encore « Bien vendre son entreprise en 2022 : rêve ou réalité ? ».

Par ailleurs, au cours de 3 rendez-vous d'opportunités d'affaires dédiés à la filière industrie, BTP et services aux entreprises, 9 donneurs d'ordres présenteront leurs projets d'investissements dans le territoire. Il s'agit de Sherco, Onet, Sequens, BRL, Calcia, Phytocontrol, CCI Gard, la communauté de communes Rhony Vistre Vidourle et BPS.

Intervention de Philippe Dessertine

L'économiste Philippe Dessertine, directeur de l'Institut de Haute Finance et auteur du Grand Basculement (Robert Laffont), donnera à partir de 18h30 une conférence au cours de laquelle il présentera sa vision de la relance et les opportunités de l'après-Covid. Une orientation « résolution optimiste, pour entrevoir de nouvelles perspectives », assurent les organisateurs. D'après Philippe Dessertine, le modèle économique mondial actuel n'est plus adapté à la population de presque 8 milliards d'humains sur terre, selon la CCI Gard.

« La crise provoquée par le Covid-19 parviendra-t-elle à changer le monde économique et, pourquoi pas, le monde tout court ? La révolution du travail et des services à distance pourrait, en réduisant les transports et les programmes d'infrastructures, être une réponse aux impératifs environnementaux », conclut l'institution, dans l'annonce de la conférence.