Après des débuts économiques décevants par rapports à son succès sur le front de l'audience, YouTube se transforme enfin pour Google (son propriétaire) en machine à vendre massivement de la publicité en ligne. La plateforme de vidéos en streaming affiche des résultats trimestriels spectaculaires : ses recettes grimpent de 83 % sur un an, à plus de 7 milliards de dollars. Presque autant que son concurrent Netflix, dont les revenus par abonnement s'élevaient à 7,43 milliards de dollars au dernier trimestre.

Alphabet (maison mère de YouTube) recueille ainsi les fruits d'une mue entamée l'été dernier. Le groupe californien propose désormais aux entreprises de lancer des campagnes publicitaires ciblées, avec une vignette qui apparaît sur les vidéos pour inciter les spectateurs à visiter leur boutique en ligne.

Le but est d'« aider les commerçants à profiter des incroyables comportements commerciaux innés qui ont lieu sur Search et sur YouTube », explique Philipp Schindler, directeur des affaires commerciales d'Alphabet, lors d'une conférence téléphonique. Il fait référence à des genres bien établis de vidéos YouTube, telles que le déballage de colis ou les tutoriels de maquillage.

La hausse des revenus publicitaires - sur YouTube mais aussi sur le moteur de recherche - est surtout tirée par les commerces de détail, qui veulent profiter du rebond économique actuel. Le directeur des affaires commerciales d'Alphabet cite en exemple plusieurs marques, dont Clarins, qui sont parvenues à augmenter leurs ventes grâce à ce nouveau programme publicitaire.

Succès d'audience

YouTube, qui n'a pas toujours eu des relations simples avec les grands annonceurs plus habitués à la publicité télévisuelle, parvient de plus en plus à attirer les marques sans pour autant lasser les spectateurs. « Le basculement global vers les services de vidéo et de streaming en ligne continue, avec plus de 2 milliards d'utilisateurs actifs sur YouTube par mois », poursuit Philipp Schindler. Ces derniers visionnent plus d'un milliard d'heures de contenu sur YouTube chaque jour.

En parallèle, le groupe californien continue à déployer YouTube Shorts, qui permet de tourner des vidéos d'une durée maximale de 60 secondes. Cette plateforme est désormais disponible dans une centaine de pays, dont la France. Alphabet cherche ainsi à concurrencer TikTok, application du groupe chinois ByteDance dont raffolent les jeunes Américains.