Quelle est votre représentation du travailleur indépendant ? Bien souvent, on l’imagine soit avec beaucoup trop de temps libre dans sa journée, soit comme un accro au travail, qui a du mal à distinguer vie privée et vie professionnelle et à déconnecter de son activité. Pas de doute, les clichés ont la vie dure ! Dissipons ensemble les mythes autour de ce statut qui fait beaucoup parler de lui.

Un auto entrepreneur a-t-il trop de temps libre ?

Lorsque l’on parle du statut d’auto entrepreneur, on pense souvent à son temps libre et à sa capacité à décider seul de ses horaires de travail. De là à l’imaginer devant plusieurs épisodes de sa série Netflix préférée tout au long de la journée il n’y a qu’un pas. Mais attention, travail autonome ne rime pas avec liberté absolue !
Certes, en tant qu’entrepreneur individuel, l’auto entrepreneur n’a aucune responsabilité hiérarchique. De ce fait, il a la possibilité de gérer son emploi du temps et son rythme de travail. Néanmoins, cette liberté nécessite tout de même un investissement important, car l’indépendant est le visage de son entreprise. Il doit être capable de faire de la prospection commerciale et de se faire connaître pour obtenir des clients. Il doit également être en mesure de gérer efficacement son carnet d’adresses pour pérenniser la collaboration avec ses partenaires commerciaux.

Un indépendant travaille-t-il vraiment ?

Bien souvent, les proches d’un travailleur à son compte pensent que ce dernier peut se détendre comme il le souhaite.
En réalité, tout dépend de l’activité exercée, mais il est vrai qu’un auto entrepreneur a, en général, davantage de temps à consacrer à ses loisirs et à sa famille. Presque 40% des indépendants travaillent moins que les salariés. Près d’un quart expliquent avoir la même charge de travail qu’avant leur passage au travail autonome. 35% tout de même, estiment avoir plus de travail. Concrètement, l’indépendant est le seul maître à bord. La réussite de son entreprise dépend donc entièrement de lui et de ses efforts. Un avantage, toutefois : en travaillant à domicile, pas de dress code imposé !

Le travail autonome permet-il de déstresser ?

Comme évoqué précédemment, l’indépendant n’a aucune obligation à rendre. Il peut donc gérer son temps et ses clients. Néanmoins, il importe de réaliser des missions pour ses clients, parfois dans des délais serrés. Il faut négocier les tarifs et les projets, et prendre en charge les démarches administratives notamment au moment de la création de son entreprise.  
Mis bout à bout, tous ces éléments peuvent être source d’une forte pression. Il faut donc être bien organisé et tout planifier pour demeurer efficace. Tel est le prix pour devenir auto entrepreneur !

Une activité en freelance est-elle viable à long terme ?

Parmi les mythes courants autour de l’indépendance, on peut également citer celui de la précarité. Pour beaucoup, les micro-entrepreneurs gagnent moins d’argent et peinent à trouver des missions professionnelles. Cela est bien sûr une possibilité, notamment au démarrage de l’activité. Il faut en effet que l’indépendant gère son entreprise en toute autonomie, ce qui implique un certain nombre de dépenses :

  • Charges sociales ;
  • Impôts ;
  • Location éventuelle d’un local ;
  • Achat des équipements et des accessoires (ordinateur, téléphone professionnel…) ;
  • Frais bancaires ;
  • Dépenses énergétiques ;
  • Abonnements nécessaires à la profession (outils, connexion Internet…).

À toutes ces charges s’ajoutent bien sûr les dépenses personnelles de l’auto entrepreneur. Certains préfèrent ne pas se verser de salaire au cours de leur première année. Ceci afin de disposer d’une trésorerie pour les mois ou les recettes risquent d’être faibles.
La motivation est toutefois centrale : un travailleur indépendant efficace a toutes les chances de conserver son travail à son compte comme activité principale.

Peut-on gagner beaucoup d’argent en peu de temps ?

Si certains associent précarité et auto-entrepreneuriat, il existe aussi un mythe répandu autour de capacité des indépendants à gagner beaucoup d’argent en peu de temps. Cette affirmation est d’ailleurs souvent adressée aux freelances qui travaillent dans le digital (webmarketeurs, référenceurs, rédacteurs web, designers, développeurs…).
C’est un fait, l’indépendant gagne généralement plus d’argent à l’heure. Néanmoins, cela s’explique par le nombre important de périodes creuses au cours de l’activité exercée. Par ailleurs, un auto entrepreneur doit acheter ses propres outils ou logiciels de travail et doit économiser pour partir en vacances. En effet, contrairement au salarié, il n’a pas droit aux congés payés. Et il y a encore des dépenses supplémentaires, telles que les frais de mutuelles ou de déplacement, qui ne sont pas remboursés.
En d’autres termes, l’indépendance est rarement un moyen rapide de gagner de l’argent. Il faut d’abord construire et entretenir un carnet d’adresses pérenne. Les clients fidélisés doivent aussi être crédibles afin de bâtir la notoriété de l’auto entrepreneur. Ce dernier court d’ailleurs le risque d’avoir affaire à des interlocuteurs peu fiables et non solvables, qui ne règlent pas leurs factures. Par ailleurs, les métiers du digital constituent un marché très concurrentiel. Les freelances français sont en compétition constante avec des personnes situées dans des pays en voie de développement qui n’ont pas les mêmes charges.
Certaines entreprises recourent d’ailleurs aux services de cette maintenance peu coûteuse pour gonfler leur chiffre d’affaires et tirer les tarifs à la baisse. Généralement, la qualité des services proposés en pâtit. Un indépendant peut donc faire valoir ses compétences pour tarifer ses prestations.

L’indépendance est-elle accessible à tous ?

En pratique, tout le monde peut créer une entreprise auprès de l’URSSAF et devenir auto entrepreneur. Néanmoins, bâtir une activité pérenne et rentable implique de nombreuses heures de travail et une motivation inébranlable.
D’une part, le travail autonome est très gratifiant lorsque l’indépendant peut mesurer le résultat de ses efforts. D’autre part, il s’agit d’un travail difficile, notamment en période creuse. Que la période soit faste ou non, un auto entrepreneur doit continuer à payer ses charges mensuelles. Il est également directement dépendant de ses clients, qui peuvent décider à tout moment d’arrêter une collaboration. Un coup dur s’il vient d’investir dans un outil coûteux, par exemple. Pour réussir, l’auto entrepreneur doit être prêt à se démarquer et à produire du travail de qualité en permanence. La persévérance est la clé du succès.

Les freelances travaillent-ils trop ?

Lorsque l’on ne pense pas d’un indépendant qu’il a trop de temps libre, on est souvent enclin à dire qu’il travaille trop. Les clichés autour de son incapacité à déconnecter ont la peau dure. Il est vrai qu’il peut être plus difficile, de fait, pour les indépendants, de séparer vie privée et vie professionnelle.
Le véritable problème du travail indépendant est qu’il peut parfois conduire à des sentiments de solitude. Heureusement, des communautés d’entrepreneurs se sont développées ces dernières années. Ces communautés sont facilement identifiables sur les réseaux sociaux tels que Facebook ou LinkedIn. Les espaces de coworking, de travail collaboratif et les voyages organisés entre indépendants facilitent le contact. Ils sont ainsi en mesure de se mêler aux autres, tout en travaillant sur leurs projets. L’auto entrepreneur a également tout intérêt à participer à des événements de réseautage, tels que ceux organisés par les plateformes MeetUp et EventBride, ou bien à des salons professionnels. Ces événements spécialisés dans son domaine d’activité donnent l'occasion de faire connaissance avec des professionnels du secteur et de partager avec des personnes qui vivent la même expérience.

En résumé, le travail autonome est un excellent moyen de mieux se connaître et de connaître ses limites. Parfaitement viable avec de la persévérance et de la passion, il nécessite aussi des compétences en gestion et en relation commerciale.  Alors, prêt à vous lancer dans l’aventure du travail indépendant ?


Auteur Valérie Ramarozatovo - création le : 26.03.2019