Cet homme âgé de 30 ans et condamné pour trafic de drogue a été interpellé dans l'Etat de Mato Grosso do Sul, frontalier du Paraguay, a indiqué dans un communiqué la police aux frontières (DOF). 

"La plupart des évadés se trouvent en territoire paraguayen", a toutefois assuré un peu plus tard, en conférence de presse, le ministre de l'Intérieur paraguayen, Euclides Acevedo.  

Ces 76 prisonniers, en majorité membres de l'organisation criminelle brésilienne Premier commando de la capitale (PCC), se sont évadés dimanche d'une prison au Paraguay par un tunnel d'une quarantaine de mètres de long, apparemment creusé avec la complicité des gardiens.

La ville paraguayenne de Pedro Juan Caballero (550 km au nord-est de la capitale, Asuncion), où se trouve la prison, est séparée de la localité brésilienne de Ponta Pora par une simple avenue limitrophe.

Les autorités paraguayennes ont annoncé dimanche le limogeage du directeur de l'établissement pénitentiaire ainsi que l'arrestation d'une trentaine de gardiens. Le vice-ministre de la Justice, Hugo Volpe, a également démissionné.

"La corruption a pénétré les institutions (....) Nous sommes en lutte contre le crime organisé", a déclaré lundi le président paraguayen Mario Abdo Benitez.

Cinq camionnettes à bord desquelles ont fui une partie des évadés ont été retrouvées incendiées à Ponta Pora, du côté brésilien de la zone frontalière, avaient annoncé dimanche les autorités. 

Parallèlement, les autorités de Bolivie ont annoncé le déclenchement d'un plan de contrôle renforcé aux frontières avec l'Argentine, le Brésil et le Paraguay. "La Bolivie a activé le dispositif +alerte policière-migratoire+ aux frontières", a déclaré de directeur national des Forces spéciales de lutte contre le crime (FELCC), Ivan Rojas.

Lundi, une autre évasion a eu lieu au Brésil. Vingt-six prisonniers se sont évadés d'une prison à Rio Branco, capitale de l'Etat de Acre (nord), après avoir percé un trou dans le mur du pavillon où ils étaient détenus, ont fait savoir les autorités judiciaires de l'Etat.

Selon la presse locale, les prisonniers, dont l'un aurait été capturé, font partie du "Club des 13" (Bonde dos 13), un gang allié au PCC.