Les Golden Globes, comme les Oscars et la plupart des prix cinématographiques, exigent habituellement que les films en compétition soient projetés dans des cinémas de Los Angeles pendant une durée minimum.

Le coronavirus rend la chose impossible dans l'immédiat et l'Association de la presse étrangère d'Hollywood, qui décerne les Golden Globes, en a tiré les conséquences. Les films dont la sortie dans les salles à Los Angeles était effectivement programmée entre le début de la pandémie et la fin avril pourront concourir, même si elle a finalement été annulée, a annoncé l'association.

Les oeuvres qui sont désormais directement diffusées à la télévision ou sur des plateformes de vidéo à la demande comme Netflix seront désormais éligibles. 

Quant aux projections, alors qu'il fallait auparavant que les studios invitent en personne les jurés de l'association à des événements privés, l'envoi de liens internet ou de DVD sera autorisé pendant la durée du confinement, ajoutent les Golden Globes.

Les prestigieux Oscars, qui se tiennent généralement un mois ou deux après les Golden Globes, n'ont pas encore annoncé de modifications à leur règlement. Mais un porte-parole de l'Académie des Oscars a assuré à l'AFP qu'elle "examinait tous les aspects de cette situation incertaine et les changements qui pourraient s'avérer nécessaires".

"Nous nous engageons à faire preuve de souplesse et d'anticipation", ajoute l'Académie, qui prévoit "des annonces dans les jours à venir".

Certains festivals ont déjà été contraints de s'adapter dans l'urgence, comme South by Southwest à Austin (Texas) qui fait office de "festival qualificatif" pour les Oscars.

Annulé à cause de la pandémie, il a maintenu ses compétitions même en l'absence de tapis rouge, organisant des projections sur internet pour le jury.

Les vainqueurs dans la catégorie documentaire, film d'animation et court-métrage resteront éligibles aux Oscars.