Quitter un travail salarié pour travailler à son compte… la formule attire de plus en plus. En 2019, il y a 1,3 millions d’auto entrepreneurs en France, soit une hausse de 15,4% par rapport à l’année précédente. Presque tous les secteurs sont concernés par l’auto entreprise. Un micro entrepreneur peut exercer une profession libérale, artisanale, agricole, industrielle ou commerciale. Vous souhaitez créer votre activité mais ne savez pas comment vous y prendre ? Orange Pro vous éclaire sur le statut d’auto entrepreneur, ses avantages et ses charges sociales.

Quelles sont les spécificités du statut d’auto entrepreneur ?

Chaque année, de nombreuses personnes se lancent dans l’aventure de la micro-entreprise. En effet, Pour certaines professions, le travail autonome présente des avantages certains. Cette décision ne doit toutefois pas être prise à la légère. Il convient, dans un premier temps, de dissiper les mythes planants sur le statut d’auto entrepreneur pour comprendre la réalité de cette manière de travailler atypique.

Tout d’abord, il faut distinguer l’entreprise unipersonnelle de la micro-entreprise. Ces deux formes de travail indépendant présentent des similitudes mais aussi des différences à prendre en compte avant de créer votre structure. Dans tous les cas, créer une entreprise  engage de réelles responsabilités et il est toujours utile de disposer d’une première expérience professionnelle, salariale ou autre, que vous pourrez valoriser.

  Classique (entreprise unipersonnelle)Micro entreprise
Pour quiCréateur souhaitant exercer seul son activité. Investissement moindre, sans plafond de chiffre d’affaires (CA).Créateur souhaitant démarrer un projet modeste dont le CA est plafonné. Ce plafond est actuellement de 70 000 euros pour les prestations de service et de 170 000 euros pour la vente de marchandise.
AvantagesAucun capital social, coûts de démarrage réduits au strict minimum
Seuls les bénéfices sont imposables. Récupération de la TVA

Allègement des règles comptables : le micro entrepreneur doit tenir à jour un livre de recettes et de dépenses.

Compte professionnel non obligatoire.

Possibilité d’opter pour le versement fiscal libératoire pour s’acquitter des cotisations sociales et fiscales en un versement unique.
Exonération de TVA.

InconvénientsObligations comptables complètes, bilan et compte de résultat.

Déficit fiscal impossible. Charges sociales calculées sur la base du chiffre d’affaires et non des bénéfices.

À noter

Vous pouvez séparer vos biens fonciers du patrimoine de votre entreprise en  établissant une déclaration d’insaisissabilité. Choisir l’EIRL (Entrepreneur Individuel à  Responsabilité Limitée) vous permet d’affecter une partie de votre patrimoine à votre  entreprise.
Les difficultés de l’entreprise peuvent concerner votre conjoint dans le cas d’un mariage sous le régime de la communauté de biens.
Vous ne pouvez pas transmettre l’entreprise à vos enfants de manière progressive. Les abattements sur les droits de donation sont inaccessibles.

Direction et associésEn tant que dirigeant, vous ne répondez qu’à vous-même. Vous n’avez aucun associé.
Régime socialVous êtes affilié à la Sécurité sociale des indépendants et dépendez du régime social des travailleurs non-salariés (TNS).
Cotisations sociales

 Les versements s’élèvent à hauteur de 44%. En cas d’absence de revenus, des cotisations minimales doivent être versées.

La cotisation de l’auto entrepreneur varie selon le chiffre d’affaires déclaré. Elle est de 12,8% pour la vente de marchandises et de 22% pour les autres types d’activité.
Régime fiscalRégime réel d’impôt sur le revenu.Régime fiscal lié au statut d’auto entrepreneur.

 

Comment immatriculer votre entreprise ?

Pour devenir micro entrepreneur ou créer une société, il faut d’abord enregistrer son entreprise pour obtenir un numéro SIREN de l’INSEE. Pour cela, il faut passer par un Centre des Formalités des Entreprises (cfe.urssaf.fr) ou par le site du service national Guichet Entreprises (guichet-entreprises.fr). Ces services sont entièrement gratuits.

Dans le cas d’une profession libérale, l’inscription seule suffit. Elle est par ailleurs, elle aussi gratuite. Pour les autres activités, il est impératif d’effectuer une démarche administrative supplémentaire. Cette étape peut impliquer des frais dont le montant varie selon le domaine concerné :

  • Un micro entrepreneur exerçant une profession commerciale doit s’adresser au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) via le site infogreffe.fr
  • Pour un statut d’auto entrepreneur artisans, il faut se rapprocher du Répertoire des Métiers (RM) à l’adresse cfe-métiers.com
  • Les agents commerciaux doivent s’immatriculer auprès du Registre Spécial des Agents Commerciaux (RSAC). Il faut pour cela se déclarer au greffier du tribunal du commerce.

Quelles sont les démarches administratives suivant l’immatriculation ?

Pourquoi ouvrir un compte bancaire ?

En devenant indépendant, vous n’êtes pas tenu par la loi d’ouvrir un compte professionnel. Néanmoins, la séparation des comptes est obligatoire. Vous devez donc à minima, ouvrir un compte personnel supplémentaire sur lequel vous encaisserez vos factures. Cela vaut aussi bien pour le micro entrepreneur que pour l’entreprise unipersonnelle.
Ce compte bancaire doit non seulement être utilisé pour l’encaissement des factures, mais également pour les dépenses liées à l’activité, votre rémunération et votre cotisation d’auto entrepreneur. La loi impose cette contrainte par souci de transparence comptable et fiscale. Des banques spécialisées, comme la plateforme en ligne Shine (shine.fr) peuvent gérer ces éléments comptables pour vous, voire s’occuper de votre immatriculation à votre place si vous le souhaitez.

Qu’est-ce que l’ACRE ?

L’Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprises (ACRE), anciennement ACCRE, est une exonération partielle des charges sociales pendant les premières années d’activité. Depuis le 1er janvier 2019, elle est ouverte à tous les créateurs ou repreneurs d’entreprise, quel que soit leur statut. Attention, néanmoins, car le projet de loi de finances 2020 prévoit, en effet, d’introduire plusieurs critères supplémentaires qui pourraient, dans les faits, empêcher certains micro-entrepreneurs de bénéficier de cette exonération de début d’activité…

En quoi consiste la déclaration de l’auto entrepreneur ?

En optant pour le statut d’auto entrepreneur, vous devez vous inscrire sur le portail officiel des déclarations sociales sur net-entreprises.fr. Ceci afin de procéder à votre déclaration d’auto entrepreneur et de payer vos charges sociales en ligne.
Ce paiement s’effectue selon les modalités que vous aurez définies lors de votre immatriculation en tant que micro entrepreneur. Il peut avoir lieu tous les mois ou tous les trimestres. En cas de retard de déclaration, vous vous exposez à des pénalités et à des majorations.

Comment payer vos impôts professionnels ?

Dès réception de votre SIREN, vous pouvez créer un espace professionnel sur le site impots.gouv.fr. Vous pourrez alors consulter votre compte fiscal, télécharger vos avis d’imposition et payer vos impôts en ligne.

En quoi consiste la taxe foncière des entreprises ?

Le formulaire 1447-C-SD de déclaration initiale de CFE vous sera envoyé par courrier. Vous devrez remplir cette déclaration d’auto entrepreneur et la retourner avant le 31 décembre de l’année en cours. Cette taxe foncière des entreprises est calculée sur la base de la valeur locative des biens utilisés pour votre activité de micro entrepreneur. Au cours de votre première année d’exercice, vous en êtes exonéré. Elle se calcule sur l’année civile, il peut donc être judicieux de créer votre business en début d’année pour pouvoir en tirer pleinement parti.

Comment se faire connaître pour réaliser des ventes ?

Trouver des clients est la priorité numéro un du micro-entrepreneur. Il doit donc préparer sa prospection à l’avance :

  • Faites confiance au bouche-à-oreille en parlant de votre entreprise autour de vous.
  • Mobilisez votre réseau professionnel.
  • Diversifiez les canaux de communication : utilisez des plateformes de recherche d’emploi, contactez des sites web, communiquez sur les réseaux sociaux.
  • Recourez aux services d’un professionnel de la communication digitale et du webmarketing. Vous améliorerez ainsi votre visibilité sur Internet.

Comment calculer votre tarif journalier ?

Être micro entrepreneur implique des dépenses de fonctionnement en plus des dépenses personnelles. Vous avez sans doute un salaire idéal en tête et souhaitez déterminer votre tarif journalier pour y parvenir. Vous devez donc définir un plan financier pour estimer le budget de fonctionnement dont vous avez besoin tout en gardant un train de vie acceptable.
Dans un premier temps, calculez vos dépenses fixes mensuelles. Pour cela, faites la somme de vos prélèvements, de vos virements, de vos paiements par carte et de vos besoins quotidiens. Vous pouvez y ajouter les frais de fonctionnement de votre activité (abonnement Internet, achats d’équipements ou de logiciels, etc.).
Pour déterminer votre tarif journalier, vous pouvez considérer votre dernier salaire net. Si vous n’avez jamais été salarié, prenez le SMIC pour base de calcul (1 171,34 euros net pour 2019). Additionnez ensuite les éléments suivants :

  • Chiffre de référence : salaire net x 1,82 de cotisations salariales et patronales (2 131,83 euros)
  • Assurance perte d’emploi dirigeant (100 euros par exemple)
  • Mutuelle (100 euros par exemple)

Vous pouvez également ajouter les montants suivants :

  • Un prorata de treizième mois (250 euros par exemple)
  • L’équivalent des avantages en nature offerts par votre ancienne entreprise et son CE (150 euros par exemple).

Avec ces exemples, on obtient alors un résultat A de 2 731,83 euros. Mais le calcul ne s’arrête pas là, car vous devez définir le nombre de jours travaillés dans le cadre de votre activité de micro entrepreneur ou d’indépendant. Il y a 22 jours ouvrés dans un mois, auxquels il faut retirer les jours occupés par la prospection ou les tâches administratives (2 jours par exemple). A cela s’ajoutent les congés que vous souhaitez cumuler et utiliser par la suite (2 jours également). Le résultat B obtenu est donc de 18 jours travaillés.
Il faut alors diviser le résultat A par le résultat B, soit 151,76 euros. Ce dernier résultat vous indique votre tarif journalier, hors taxes. C’est ce montant que vous devez facturer à vos clients pour aboutir au niveau de vie que vous avez préalablement défini. Pour obtenir votre tarif horaire, vous pouvez diviser votre tarif journalier par 8 et obtenir 18,97 euros.
Toutefois, ces montants peuvent varier si vous choisissez de ne pas prendre de treizième mois ou d’avantages de CE. Vous devez donc adapter le calcul de votre tarif journalier selon vos besoins, vos contraintes et vos aspirations en tant que micro entrepreneur.

Comment prévoir les périodes creuses ?

Gardez à l’esprit que le statut d’auto entrepreneur ou l’entreprise individuelle ne vous permettent pas de bénéficier de congés payés. Vous avez donc toute latitude pour les considérer dans vos tarifs. Mais le travail autonome du micro entrepreneur ne le coupe pas uniquement des congés payés. En effet, ce dernier perd également sa mutuelle d’entreprise, ou encore le remboursement de ses frais de transport. Sans oublier qu’un micro entrepreneur ne perçoit plus de salaires fixes mensuels. La rentabilité de son activité dépend uniquement de ses clients, de ses prestations et de ses ventes mensuelles : une période creuse peut donc survenir à tout moment ! Pour s’y préparer, un seul conseil : en tant qu’entrepreneur, anticipez au mieux possible !

Auteur Valérie Ramarozatovo - création le : 13.03.2019