Construction, bâtiment, urbanisme, logement… contrairement au premier confinement lié à la pandémie du covif-19, l’activité du BTP peut se poursuivre lors de ce deuxième confinement. Mais des règles précises sont mises en place. Les directives du Haut Conseil de santé publique ainsi que le Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprises face à l’épidémie de Covid-19 font figure de référence. Leurs recommandations ont été rassemblées dans un guide de l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des travaux Publics (OPPBTP), qui doit servir de guide pour tous les acteurs du secteur.

Les règles concernant les permis de construire

Contrairement au premier confinement, où la délivrance de permis de construire avait été gelée, le deuxième confinement n’a pas eu d’effet sur la question. Les permis de construire et autres autorisations administratives dans le secteur du bâtiment ont pu  continuer à être délivrés dans les mêmes délais qu’en temps normal pendant le deuxième confinement. L’objectif ? Ne pas geler tout projet de construction et ainsi décourager les entrepreneurs immobiliers, dans une période où l’économie a besoin d’être stimulée.

Quid des travaux chez les particuliers

Les particuliers qui souhaitent faire appel à des professionnels du bâtiment pour des travaux de rénovation, de maçonnerie, d’isolation, de menuiserie… peuvent continuer à le faire, dans le respect des gestes barrières. Le port du masque est obligatoire, tout comme l’accès des professionnels à des points d’eau pour le lavage des mains.

Le guide de l’OPPBTP propose une fiche en 10 points à respecter et à partager avec les clients particuliers en amont de toute intervention, afin de déterminer s’il est possible de réaliser les travaux en toute sécurité et sans risques. Le même guide propose par ailleurs des protocoles d’intervention pour intervenir chez les particuliers, ainsi que chez les personnes à risque ou chez des personnes malades en cas de nécessité.

Les chantiers publics n’ont pas dû s’arrêter au début du deuxième confinement

Les activités du secteur du bâtiment et des travaux publics sont considérées comme essentielles et leur activité peut ainsi être maintenue. En raison de la difficulté qu’il peut y avoir à respecter les gestes barrières (impossibilité, par exemple, d’installer une vitre en plexiglas entre deux salariés), des règles d’organisation doivent être mises en place telles que des tours de passage pour les moments de restauration ou de pause, et le nettoyage des mains de façon stricte et très fréquente.

En extérieur, il est possible de se soustraire au port du masque si la distance de 1 m de distance est respectée entre les individus, sauf si le chantier a lieu dans l’espace public, où le port du masque est obligatoire. Toutes les situations particulières et les règles précises à appliquer sont décrites dans le guide de l’OPPBTP. Comme pour les clients particuliers, des fiches sont également mises à disposition, à remplir par les clients et par les fournisseurs, pour vérifier la possibilité d’intervenir sur un chantier dans le respect des règles de sécurité.  

Les aides du gouvernement mobilisables

Pour les entreprises les plus en difficulté en raison de la pandémie du coronavirus en France, le chômage partiel ainsi que toutes les aides mises en place par le gouvernement sont accessibles aux entreprises du secteur du bâtiment ou de la construction. Retrouvez-en la liste ici.