En France, le fondateur d'une start-up est 9 fois sur 10 un homme de 40 ans, issu des grandes écoles dans 70 % des cas. Cette homogénéité est l'une des caractéristiques de l'écosystème tricolore que le gouvernement veut casser pour ouvrir les portes de l'entrepreneuriat à des profils sociaux différents, notamment issus des quartiers prioritaires de la ville. La vision politique s'impose désormais au coeur de ces questions. Les 35 lauréats du programmegouvernemental FrenchTech seront bientôt connus et certains d'entre eux, dont Talo Energy, ont déjà démarré leur incubation. La dotation du programme va passer de 2 à 4 millions d'euros, ce qui permettra de doubler le nombre de pépites accompagnées et bénéficiant d'une aide de 45.000 euros.