Lors d'une séance de signature, les deux dirigeants ont signé un partenariat stratégique, puis le ministre de la Défense croate a signé deux contrats relatifs à l'avion avec son homologue française Florence Parly et le PDG de Dassault Aviation, fabricant du Rafale.

"C'est un choix souverain, le contrat que nous avons signé ce matin, c'est un choix historique", a déclaré Emmanuel Macron. "Ce sera le ciment d'une convergence stratégique entre nos deux pays et pose les jalons d'une Europe de la défense".

"Ce sont des avions qui vont influencer le standing croate sur l'échelle internationale et nous permettre de contribuer dans le cadre de l'Otan et des missions de défense croates", a ajouté Andrej Plenkovic.

Avec cette acquisition, annoncée en mai, Zagreb réalise sa plus importante commande d'armement depuis la guerre des Balkans et l'indépendance.

Les six premiers Rafale seront livrés entre le troisième trimestre 2023 et début 2024, les six autres avant le printemps 2025. 

Le contrat porte sur la cession de 12 Rafale appartenant aujourd'hui à l'armée de l'Air et de l'Espace française, et sur la formation de personnels de l'armée de l'Air croate. Le PDG de Dassault Aviation a vanté "une nouvelle page pour le Rafale", qui a mis de longues années à s'exporter mais a décroché plusieurs contrats depuis 2015.

L'armée de l'Air et de l'Espace française, qui se verra privée de ces appareils au profit de la Croatie, bénéficiera en 2023 d'une commande supplémentaire de 12 Rafale neufs, dont "les livraisons commenceront à partir de 2027", a précisé le porte-parole du ministère des Armées, Hervé Grandjean, lors d'un point de presse hebdomadaire.