Malt, Crème de la crème, 5euros.com, Freelance Republik... Elles se comptent par dizaines rien qu'en France. Généralistes ou spécialisées, parfois internationales, les plateformes de free-lances rassemblent jusqu'à des dizaines de milliers de professionnels.

Leur rôle ? Les mettre en relation avec des entreprises. Une solution idéale pour se lancer et trouver de nouveaux clients ! Mais il n'est pas toujours chose aisée de trouver la bonne plateforme parmi l'offre existante. A l'heure du choix, voici donc quelques principes à suivre.

#1. Vérifier la fiabilité de la plateforme

Sécurité des contrats, fiabilité de paiement... Le rôle d'une plateforme est bien plus qu'un simple annuaire : ce doit être un véritable tiers de confiance. Et pour ce faire, rien de mieux que les avis des utilisateurs ! N'hésitez pas à consulter les avis laissés sur internet ou même à contacter les freelances utilisant la plateforme pour avoir leur retour d'expérience.

#2. Définir le mode de paiement

Avec les plateformes de freelance, fini les délais de paiement à rallonge et les risques d'impayés. Attention toutefois à vérifier les conditions de versements. Il faut notamment choisir entre une mensualisation de ses tarifs comme sur Crème de la crème, ou un portefeuille digital disponible une fois la commande terminée, à la manière de 5euros.com.

#3. Assurez-vous !

Autre détail d'importance, les assurances. Même si vous avez le statut de microentrepreneur, votre assurance personnelle ne couvrira aucune activité professionnelle. Certaines plateformes incluent des assurances, mais ce n'est pas automatique. Assurez-vous donc que vous soyez bien assuré responsabilité civile grâce à la plateforme ou si celle-ci préconise de prendre contrat à côté.

#4. Pensez à l'accompagnement

« Je ne me serais jamais lancé tout seul », confesse Guillaume Robez, cofondateur d'independant.io, un comparateur dédié aux indépendants, et auteur d'un listing de ses plateformes. L'entrepreneur recommande de s'assurer d'avoir une personne de référence pour faire tampon avec le client.

#5. La commission définit les prix

Sur la plupart des plateformes, les freelances fixent leur prix librement. Même si la concurrence tend à les tirer vers le bas pour celles les plus utilisées, remarque Samuel Durand, free-lance et ancien étudiant à l'EM Grenoble dans son rapport sur « L'exploration du travail de demain ». Aussi, l'attention du travailleur doit se porter sur la commission facturée par le service.

Samuel Durand explique que la commission se situe généralement autour de 10 à15 % du montant de la transaction. Ce qui signifie que la somme peut être est prélevée du côté du freelance, comme chez Malt, qui prélève 10 %. L'indépendant doit donc ajouter ce frais à son tarif journalier. Sinon, le prélèvement se passe du côté des entreprises, comme chez Freelance Republik. Dans ce cas, le travailleur indépendant doit soustraire la somme de ses tarifs.

#6. Se méfier des offres trop alléchantes

Même si la majorité des plateformes sont gratuites, certaines proposent ou imposent une offre payante. 404works ne prélève ainsi aucune commission, mais propose aux freelances qui prennent un abonnement mensuel de mettre leur profil en avant. Un pari possiblement risqué pour des débutants. « Mieux vaut commencer par des plateformes gratuites : il vaut mieux perdre son temps que son argent », conseille Guillaume Robez.

#7. A chaque expérience son type de plateforme

Vaut-il mieux privilégier une interface généraliste, avec ses dizaines de milliers d'inscrits et de clients, comme Freelance.com ou 5euros.com ? Ou se tourner vers une autre, sélective et/ou spécialisée selon ses compétences, comme Freelance Republik qui fédère les métiers de la tech ?

Pour Guillaume Guersan, freelance en marketing digital et testeur de différentes plateformes pour son propre blog, les deux sont complémentaires. Notamment quand on débute à temps plein. « Maximiser les inscriptions pour maximiser ses chances », résume-t-il.

Pour un profil plus expérimenté, il existe des plateformes sélectives, avec un engagement auprès des clients de choisir uniquement les meilleurs : Toptal, Crème de la crème... Moins d'inscrits, donc plus de précision dans les offres adressées aux freelance et clients. Avantage pour l'entrepreneur : ne pas voir son offre mêlée à d'autres sur des domaines totalement différents. Dans la tech notamment, un grand nombre de sites dédiés existent, pour des missions souvent plus longues.