"M. le Président, avez-vous reçu notre lettre ? Nous avons besoin de votre aide. L'enquête piétine !", a écrit mardi sur son compte Twitter la sœur de la jeune femme, Sybille Véron, arrivée samedi à Nikko avec ses deux frères pour effectuer des recherches. 

C'est là que la jeune femme, qui souffre d'épilepsie, a été vue pour la dernière fois alors qu'elle sortait de son hôtel. Elle a laissé son passeport et la plupart de ses affaires dans sa chambre. 

Le message sur le réseau social est accompagné de la photo d'un extrait de lettre adressée par la mère de Tiphaine au président Emmanuel Macron. 

Dans ce courrier, la mère de Tiphaine estime que "malgré la bonne volonté et les efforts de la police" japonaise, "tous les moyens ne sont pas mis en œuvre : interrogations de témoins, dragage de la rivière, recherche dans la forêt avec des chiens, géolocalisation de son téléphone portable...".

Selon la famille, une rencontre entre l'ambassadeur de France au Japon et le gouverneur de la préfecture de Tochigi, où se trouve la ville de Nikko, était prévue dans la journée de mardi.

"Nous espérons que cette rencontre va peser sur cette recherche et que les moyens adéquats vont pouvoir être mis en œuvre", ajoute la mère de la jeune femme. 

Tiphaine Véron, qui habite à Poitiers, est selon sa sœur "passionnée par le Japon" où elle venait pour la deuxième fois. Elle était arrivée le 27 juillet dans l'archipel.