Le corps a été retrouvé par des gardes de la réserve "à demi immergé, la tête vers le bas" dans une retenue d'eau "avec assez de profondeur pour se noyer", a précisé à l'AFP¨le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, Pascal Marconville.

Le magistrat n'écarte à ce stade aucune hypothèse, même si l'homicide "apparaît peu vraisemblable" au regard des premiers éléments de l'enquête, ouverte pour l'heure en recherches des causes de la mort.

Selon la carte de séjour retrouvée sur lui, cet homme serait Soudanais, âgé de 56 ans. Il serait en situation régulière sur le territoire depuis 2006.

"L'apparence physique du corps correspond à la photographie du document d'identité", a précisé le magistrat. Un membre de son entourage aurait signalé sa disparition et fait part aux policiers de son "tempérament dépressif".

Le médecin sur place n'a rien constaté sur le corps qui témoignerait d'une "agression quelconque". Une autopsie devrait être pratiquée dans l'après-midi de jeudi ou vendredi pour connaître avec plus de précisions les causes de la mort.

Le site naturel a été créé sur l'ancienne "Jungle" de Calais, où avaient vécu jusqu'à 9.000 migrants entre 2015 et 2016.