Modern Confetti c'est d'abord une idée, une intuition (sortir la décoration de fête des sentiers battus) qui n'aurait jamais pu voir le jour sans le digital.

On pénètre dans les bureaux de Modern Confetti comme on fait ses premiers pas dans une soirée, on regarde la déco pour se faire une idée, puis on cherche des yeux la maîtresse des lieux pour se présenter. Coté déco, de la couleur, de l'imagination, un fauteuil qui semble n'attendre que moi, de l'élégance avec une touche de rock. On aurait presque envie d'aller danser. C'est une évidence, la maîtresse des lieux, Sandrine Jardinaud Quignon-Fleuret sait recevoir, elle a mis tout son savoir-faire au service des autres et de son entreprise : Modern Confetti.

Du CAC 40 aux confettis

Modern Confetti c'est d'abord l'histoire d'un parcours professionnel atypique animé par un besoin constant :  créer.

« Après des études de communication et de publicité, j'ai eu la chance de décrocher très vite un CDI, explique Sandrine. Au bout de 4 mois, j'avais déjà des velléités de changement. J'ai alors quitté ce poste  de chargée de communication pour me lancer avec une amie dans la création d'une petite structure spécialisée dans les relations publiques. J'ai vécu cette expérience comme une aventure de jeunesse, une aventure qui s'est arrêtée quand mon associée a simplement découvert qu'elle n'était pas faite pour ça. J'ai continué seule mais j'ai vite été rattrapée par le poids de la solitude, le fait de travailler à la maison, de ne pas avoir d'étanchéité entre vie professionnelle et vie privée. Tout cela m'a beaucoup pesé, j'ai  donc cherché à casser cette spirale et je me suis mise en quête d'un emploi salarié, un peu pour souffler, je l'avoue. Ma bonne étoile m'a suivie et j'ai trouvé assez rapidement un poste au sein d'un grand groupe international. »
Pendant plusieurs années, la créatrice de Modern Confetti y peaufine son expérience dans le marketing et la communication sans jamais se départir de sa fibre créatrice.

« J'ai fait de belles rencontres, j'ai créé un service, des postes qui n'existaient pas, j'ai monté des structures. Toute mon aventure dans ce groupe s'est faite sur ce modèle là, détaille Sandrine. Mais dans un coin de ma tête, je me disais que si mon plan de carrière consistait simplement à augmenter le nombre de personnes que je manageais, le jeu n'en valait pas la chandelle. »

Essaimage et pépinière : un choix gagnant

Entrepreneure dans l'âme, Sandrine s'est alors appuyée sur un travail de développement personnel pour concrétiser ses rêves d'émancipation professionnelle. « Je ne me sentais pas réellement à ma place, en phase avec qui j'étais vraiment et ce que j'aimais faire, explique la créatrice de Modern Confetti. La décoration était une passion de gamine. J'étais au fil du temps, devenue la bonne copine qu'on appelle systématiquement pour des projets de déco. Du coup, je me sentais décalée dans mon environnement professionnel. Je savais qu'avec un CV comme le mien, il serait dur de trouver un boulot dans la décoration. D'où ce travail personnel que j'ai fait avec un coach. Nous avons beaucoup travaillé sur la notion de désir essentiel : qui suis-je, qu'est ce que je veux réellement, quelles sont mes priorités ? Une fois identifié, mon désir essentiel était tellement présent, il s'est imposé de telle façon que je n'avais plus d'autre choix que de partir.»

Une prise de conscience que son entreprise a accompagné avec l'essaimage, un dispositif  qui  permet au salarié d'être soutenu dans son projet, d'assurer la transition entre le statut de salarié et celui de créateur. Sandrine a ensuite fait le choix de la pépinière d'entreprise pour boucler la transition entre les deux mondes. « Il m'aurait été impossible de sortir mon projet sans la pépinière, reconnaît Sandrine. Je craignais beaucoup de me retrouver seule. Pour moi aller au boulot, c'est aussi faire des rencontres. Toute cette dimension allait disparaître. Avec la pépinière, je maintiens  ce lien social. La pépinière est aussi un lieu d'échanges, de partage de bonnes pratiques. 4 ans après, je suis toujours dans cette pépinière financée par la chambre de commerce de Paris, je profite de locaux à des tarifs préférentiels.  Je bénéficie d'un tutorat et d'un véritable accompagnement pour pérenniser mon activité. »

La création d'une entreprise n'est pourtant pas un long fleuve tranquille et les débuts furent compliqués. « J'avais l'impression de gérer uniquement des problèmes. Chaque chose est une première fois. Dès qu'une nouveauté apparaît, il faut trouver une solution. Il faut être créatif. Mais il y a toujours quelqu'un pour vous aider. Il faut juste oser taper à la porte du voisin. J'ai la chance, je le répète, d'être dans une pépinière où se côtoie une foule de profils différents. Je connais un développeur au 3ème étage, un comptable au 2ème ,  que je n'hésite jamais à solliciter. On se construit un réseau super vite. »

La mariée s'habille en digital

Modern Confetti est avant tout un site e-commerce, véritable incarnation du concept cher à sa créatrice. « Il y a 5 ans quand on parlait déco de mariage, il était impossible de sortir des petits rossignols en strass, des noeuds de satin géants, en bref c'était ringard, détaille la créatrice de Modern Confetti. Les jeunes par exemple veulent un mariage qui leur ressemble. Seules  les blogueuses proposaient à l'époque une vision différente. C'est à travers cette vision plus colorée, plus rock'n'roll, dépoussiérée qu'est né le concept de Modern Confetti. Je voulais simplement faire de la déco pour tous ces gens là. Je me retrouve donc avec un concept simple, une offre différente, sur un marché de niche comme on dit dans le marketing et la certitude de pouvoir toucher mes clients avec un site internet. »

Encore faut-il que ce site internet joue parfaitement cette partition. Quand on est une spécialiste de la décoration, on sait forcément que la forme, le design sont au service du fond, qu'ils doivent servir au mieux les objectifs du business. www.modernconfetti.com est le fruit d'un travail très poussé pour mettre en adéquation l'offre (les objets) et la vitrine (le site).

« J'ai voulu un site différent, analyse Sandrine, j'ai tout de suite mis l'accent sur le design, le parcours client, la fidélisation.  J'ai fait appel à un prestataire pour bénéficier d'une solution personnalisée, sur-mesure. J'avais un besoin très fort de créer une communauté autour de mes produits. Faire en sorte que les gens se disent une fois sur le site : ça c'est pour moi, ça me ressemble, il est fait pour moi, je me reconnais dans les codes, dans les couleurs.  Je fais par exemple mes fiches produits comme des articles de blogs. J'aide les gens à se projeter au-delà de leur achat. Mais tout ce travail ne serait rien sans un bon référencement de mon site.   »

On  peut avoir la plus belle boutique mais si elle est située au fond d'une rue mal éclairée cela ne sert à rien. Le référencement c'est ça : faire remonter sa boutique sur une jolie place, bien éclairée et très fréquentée. Sandrine travaille le référencement comme un artisan, s'appuyant uniquement sur  du référencement naturel.  Elle travaille beaucoup avec les blogs qui constituent de forts relais d'opinion. Elle y fait de la pub, monte des partenariats, crée des événements pour faire de belles photos qui  serviront à montrer tout son savoir-faire et seront partagées sur les réseaux sociaux. Quand on vous dit que la mariée est plus belle en digital...

Portrait chinois 2.0

Si vous étiez une application mobile ?
Sans conteste Uber,  que j'utilise presque pour aller chercher du pain.

Si vous étiez une start-up ?
Bla Bla Car pour rester dans l'automobile.

Si vous étiez un # ?
#modernconfetti

Si vous étiez un  site internet?
Mon site sans hésiter, j'en suis accro www.modernconfetti.com

Si vous étiez un téléphone mobile ?
Je suis fidèle à une grande marque coréenne dont le nom commence par S et se termine par G.

Si vous étiez un souvenir digital ?
En 95, ma première adresse e-mail, je travaillais dans la communication et on utilisait des coursiers pour valider les maquettes, vous imaginez le changement, plus de coursiers dans le bureau.

Retrouvez Modern Confetti sur Facebook et Twitter.