Question : Quel était l'intérêt stratégique du débarquement de Provence? 

Réponse : "En 1943, il n'y a qu'un seul front d'ouvert en Europe: le front de l'Est. Les Soviétiques supportent l'essentiel des combats. Les Américains et les Britanniques sentent bien qu'il faut ouvrir d'autres fronts pour les soulager et encercler l'armée allemande. Fin novembre 1943, Staline, Roosevelt et Churchill se rencontrent à la conférence de Téhéran pour mettre en place la stratégie alliée. Ils décident d'ouvrir deux autres fronts, l'un en Normandie et l'autre en Méditerranée. Un peu plus de deux mois après l'opération Overlord en Normandie, l'opération Dragoon sur les côtes provençales doit compléter la stratégie alliée et achever la prise en étau de l'armée allemande." 

Q : Cette opération fut-elle un succès? 

R : "Oui! Les Alliés avaient prévu de prendre Toulon à J+20, Marseille à J+40 et de libérer la Provence à J+60. En moins de 15 jours, la Provence est entièrement libérée! C'est une grosse surprise pour les Alliés."

Q : Comment l'expliquer? 

R : "Tout d'abord, il y a eu un gros travail de renseignement en amont. Quand les Alliés débarquent, ils savent exactement où sont situés les emplacements d'artillerie, les champs de mines... Tout est connu grâce à des photographies aériennes et des renseignements humains, des réseaux de résistants notamment. De plus, l'Allemagne a en Provence des divisions très peu motorisées, sans réserve de blindés à l'arrière, à l'inverse de la Normandie. Les fortifications du mur sud ne sont pas finies et son armée de l'air est déficiente. La Luftwaffe n'est plus en mesure d'arrêter les vagues de bombardiers alliés. Enfin, les Allemands ont un gros désavantage numérique puisqu'ils sont 80.000 à se battre contre 350.000 alliés. L'armée allemande n'est plus en mesure de résister à une offensive de la sorte."

Q : Quel a été le rôle de l'armée française? 

R : "Les Français ont pris les combats les plus durs à leur charge, les batailles de Toulon et Marseille notamment. Ils ont connu le plus lourd tribut, entre 3.000 et 4.000 hommes hors de combat. L'armée française composait le plus gros des troupes du débarquement de Provence. Les hommes venaient de tout l'empire colonial. Des forces d'Afrique du Nord, Algériens, Marocains, Tunisiens. Des forces d'Afrique de l'Ouest, qu'on appelle au sens large les tirailleurs sénégalais. Des soldats qui venaient des Antilles. Et tous ceux qui s'étaient évadés de France pour se battre, en plus des résistants restés sur le territoire. Le ratio, c'est 50% de soldats non-européens et 50% de soldats européens, dont beaucoup viennent aussi de l'armée d'Afrique, comme les pieds-noirs par exemple. Il y a environ 260.000 hommes au total, ce qui est colossal."

Q : Quelles ont été les conséquences de ce débarquement? 

[IMG src='media://afp-news/24b/b4e/bdc953630900123de6b0802c21/001_1JF4TY-highDef.jpg'/]R : "Sur le plan politique, le débarquement a un impact primordial. Notamment pour De Gaulle: il peut affirmer que ce sont les troupes françaises qui ont libéré la France. Sur le plan militaire, son importance est aussi fondamentale. Après l'humiliante défaite de 1940, voir une armée française de 260.000 hommes libérer le territoire national, prouve au monde entier que la France est en capacité de se battre et d'aligner une armée complète. Enfin, sur le plan stratégique, c'est la prise en étau de l'armée allemande et son affaiblissement presque définitif." 

Q : Peut-on parler de débarquement oublié? 

R : "Oui, beaucoup de Français ne connaissent pas le débarquement de Provence. Il n'existe pas dans l'imaginaire français mais cela peut s'expliquer. La publicité donnée au débarquement de Normandie est énorme car il y a tout le soft-power américain derrière, avec des films qui ont fait le tour du monde. Le débarquement de Provence s'est aussi peut-être trop bien passé. Il était très bien préparé et, malgré des combats très violents comme à Toulon, l'armée allemande a offert une moindre résistance."