Récemment annoncée par Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au numérique, la future hausse du plafond de collecte sur les plates-formes de crowdfunding devrait permettre de financer des projets entrepreneuriaux de plus grande envergure.

Que ce soit pour accompagner le lancement de leur activité ou financer leur développement, les entrepreneurs français sont de plus en plus nombreux à s’appuyer sur le crowdfunding pour rassembler les fonds nécessaires à la concrétisation de leurs projets.

Pour encourager cette dynamique, le secrétaire d’État au numérique, Mounir Mahjoubi, a récemment annoncé le relèvement du plafond annuel de collecte pour les plates-formes de crowdfunding de 2,5 à 8 millions d’euros. Une mesure qui devrait prendre effet avant la fin de l’année 2018.

Une plus grande marge de manœuvre

L’enjeu ? Donner aux plates-formes de crowdfunding une marge de manœuvre plus importante pour financer des entreprises arrivées à maturité (et non plus seulement des start-up) ou encore des projets d’envergure nécessitant des levées de fonds conséquentes (comme, par exemple, ceux liés aux énergies renouvelables).

Dans le détail, seraient concernés par ce nouveau plafond : les actions, les obligations ainsi que les minibons émis par les sociétés à financer. Mais attention ! Seules les plates-formes agréées, bénéficiant du statut de Conseiller en Investissements Participatifs ou de Prestataire de Services d’Investissement, pourraient lever des fonds jusqu’à ce nouveau plafond de 8 millions d’euros.