La discrimination liée à l’âge en entreprise : les solutions pour y faire face.

Nos dossiers pro
4 min de lecture

La discrimination liée à l’âge fait partie des plus courantes en entreprise. Comment s’en prémunir et avec quelle mesures concrètes ?

La discrimination liée à l’âge fait partie des plus courantes en entreprise. Comment s’en prémunir et avec quelle mesures concrètes ?

La discrimination liée à l’âge en entreprise : les solutions pour y faire face.

La discrimination liée à l’âge a la vie dure. En entreprise, une réflexion et des mesures s’imposent pour lutter contre les idées reçues et ne pas traiter une personne différemment, sans raison valable.  


En France, les témoignages sont nombreux sur le sujet de la discrimination liée à l’âge en entreprise, qui est même devenue « une préoccupation » pour les jeunes comme pour les seniors (terme déjà jugé comme « défavorable »…). En effet, ces deux « catégories » sont particulièrement visées par l’âgisme au travail (comportement discriminatoire lié à l’âge et non justifié).

Les jeunes sont traités d’irresponsables, d’impulsifs quant aux seniors, ils sont qualifiés comme peu dynamiques et guère enclins au changement dans les entreprises. Des façons de penser caricaturales en matière de management qui écartent de la formation, de la promotion, et de l’emploi, des personnes compétentes et qui privent les sociétés de remarquables talents. Qu’elle soit ressentie ou vécue, la discrimination au travail occasionne des dégâts, humains et économiques.

  La discrimination selon l’âge : un défi sociétal

Le 5e baromètre du Défenseur des droits/Organisation internationale du travail révélait qu’être « âgé était perçu comme un inconvénient par 29 % des agents publics et 27 % des salariés du privé ». Toutes les entreprises sont concernées par la discrimination liée à l’âge des plus jeunes, comme des seniors, et certains secteurs d’activité particulièrement. Ainsi, un Français sur trois aurait fait l’objet de discrimination professionnelle, les seniors étant les premiers touchés. L’informatique, le monde de l’art et de la culture, le commerce, l’événementiel… sont pointés du doigt en termes de non-égalité de traitement, ajoutant parfois à l’âge d’autres critères (apparence…).

En 2018, sur 10 585 salariés interrogés dans 8 pays européens, 1 410 salariés français déclaraient « avoir souffert de discrimination portant sur leur âge », soit 36 % pour ce seul critère. En 2020, la France n’avait pas progressé en matière de discrimination liée à l’âge au travail, se situant en dessous de la moyenne européenne en termes d’employabilité des 55-64 ans, par exemple.

  Exemplarité, égalité, diversité : ce que dit la loi sur la discrimination de l’âge

Les discriminations sont souvent le fruit de biais intériorisés, de représentations sociales, de stéréotypes… Néanmoins, en tant que dirigeant d’entreprise, votre comportement doit être exemplaire et une politique de recrutement et d’évolution professionnelle garantissant un traitement identique à chacun des salariés est à appliquer. C’est même une obligation : la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 rejette toute discrimination au sein de l’entreprise depuis le recrutement. Et, le droit pénal français prévoit différentes mesures de détection et de traitement des pratiques de discrimination.

Pour rappel, seule l’inégalité de traitement liée à un motif raisonnable et objectif (santé, sécurité du travailleur) est autorisée par la loi française.
Interdit par la loi, l’âgisme est passible de 3 ans de prison et de 45 000 euros d’amende pour le dirigeant. À méditer : la diversité dans vos recrutements sera bien plus constructive et enrichissante que la discrimination.

  Dispositifs incitatifs à la lutte contre la discrimination selon l’âge

Les discriminations liées à l’âge, que ce soit pour les jeunes ou les seniors, remettent en cause l’accès à l’emploi.
Aussi, depuis plusieurs années, des dispositifs ont été développés par l’Etat français pour encourager le recrutement de personnes dites senior et pour soutenir l’emploi des jeunes.

Voici quelques exemples de possibilités dont vous pourriez profiter en tant qu’employeur pour lutter contre la discrimination liée à l’âge dans votre entreprise, lors de l’embauche des seniors :

  • CDD senior pour les + de 57 ans de 36 mois au lieu de 18 mois ;
  • Aide de 2 000 € pour un contrat de professionnalisation d’un + de 45 ans (CDD ou CDI) ;
  • Aide financière pour un CUI (Contrat unique d’insertion) pour les + de 50 ans (secteur non marchand) ;
  • Aide à l’embauche représentant 14 % du salaire brut pendant 1 an, pour les + de 55 ans en CDD de plus de 6 mois ou en CDI.

Concernant les jeunes, autre catégorie stigmatisée et bien souvent discriminée au travail, l’accès à l’emploi leur est d’autant plus difficile que leur niveau de diplôme est bas. Aussi, le 14 juillet 2021, ont été annoncées par le gouvernement français des mesures encourageant la formation des jeunes et surtout, pour vous dirigeant, l’exonération de charges pour l’embauche d’un jeune peu qualifié. Ne l’oublions pas, selon l'Insee, le taux des 15-29 ans « ni en emploi, ni en études, ni en formation » était de 12,2 % au quatrième trimestre 2021, soit près d'1,5 million de personnes…

En vue de concrétiser l’emploi des jeunes au sein des PME et diminuer ainsi la discrimination due à leur jeune âge, le recrutement d’apprentis se voit, par exemple, valorisé avec :   

  • 5 000 € pour un apprenti mineur, dans le cadre d’un contrat d’apprentissage en alternance ;
  • 8 000 € pour les candidats majeurs de moins de 30 ans, toujours dans l’optique d’un contrat de professionnalisation intervenant dans la préparation d’un diplôme ou d’un certificat de qualification.

La discrimination liée à l’âge des jeunes ou des seniors est perçue comme une inadéquation avec le marché du travail. Pourtant, jeunes et seniors ont tous leur place dans la société et doivent avoir accès à la même chance de trouver un emploi qui leur convient. Ces travailleurs, quel que soit leur âge, assurent la transmission et la pérennité des savoir-faire de votre entreprise et contribuent à la dynamique et au succès de votre PME/TPE.