Le business plan est un document indispensable pour lever des fonds et trouver des partenaires d’affaires lorsqu’on crée son entreprise. Voici comment rédiger le sien de manière efficace.

Valoriser l’équipe dans votre business plan

L’équipe est le premier vecteur de réussite d’une entreprise. D’où l’importance de valoriser les compétences de l’équipe dirigeante, les expertises et l’expérience de chacun dans votre business plan. L’objectif est de montrer que le ou les porteurs du projet ont les cartes en main pour mener leur création d’entreprise à bien.
Lorsque des experts extérieurs ont été associés à la phase de réflexion préalable, les citer dans votre business plan peut aussi contribuer à renforcer la crédibilité du dossier.

Expliquer la pertinence du business model

Votre business plan doit convaincre les investisseurs que le modèle économique choisi est pertinent et rentable. Pour cela, il est impératif de démontrer que le projet de création de votre entreprise répond à un besoin donné de la clientèle ou du marché, autrement dit que le produit ou la prestation offerte apporte un réel bénéfice client.

Mais l’idée n’est rien si elle n’est pas orchestrée de la bonne manière. Au-delà de son bien-fondé, il est donc important de faire apparaître dans votre business plan, que l’on dispose des capacités et de l’organisation requise pour industrialiser et commercialiser son offre.
C’est en s’appuyant sur cette démonstration que le business plan démontrera la pertinence du positionnement de l’entreprise sur son marché.

Votre business plan doit être réaliste et concret

Pour faire mouche, votre business plan doit être crédible. Il ne suffit pas d’annoncer des prévisions de clientèle ou de chiffre d’affaires. Il faut montrer qu’elles sont réalistes et atteignables. C’est pourquoi il est important de veiller à justifier l’ensemble des données chiffrées figurant dans le prévisionnel d’activité et les tableaux financiers.

Etude de marché, étude de faisabilité technique… Dans votre business plan, tous les moyens sont bons pour étayer la démonstration sur des éléments concrets et mesurables.
Toujours par souci de crédibilité, si votre projet de création d’entreprise comporte un risque ou une difficulté, mieux vaut ne pas l’éluder dans votre business plan, mais en faire état objectivement en indiquant la manière dont on va contourner l’obstacle. La clarté, ça paie !

Faciliter la lecture du document

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ! Qu’ils soient investisseurs ou banquiers, les personnes qui étudient les business plans ne sont pas forcément des experts du domaine d’activité concerné. Pour les convaincre, il est important de privilégier la compréhension du propos et de ne pas se perdre dans les considérations d’ordre technique.
Sachant que les investisseurs sont très sollicités, il est bien vu de rédiger une synthèse d’une ou deux pages en ouverture du business plan, une sorte de « pitch » écrit, pour accrocher l’attention et donner envie d’entrer dans le vif du sujet.
Enfin, pour s’assurer de la clarté du document, sur le fond comme sur la forme, une relecture préalable par des interlocuteurs extérieurs est vivement conseillée.

S’adapter à son interlocuteur

Le business plan n’est pas un document figé, bien au contraire ! Dans la mesure où il va est présenté et transmis à des interlocuteurs différents qui n’ont pas les mêmes priorités, il convient d’établir une version pour chacun d’eux.
Alors qu’un banquier sera plus attentif à la question du financement du projet de création (besoins en fonds de roulement, montant de l’emprunt demandé, capacité de remboursement), un investisseur s’intéressera davantage à la rentabilité du projet et un distributeur aux volumes de vente. En adaptant le contenu du business plan à ces différents interlocuteurs, il n’en sera que plus convaincant.