Pour encourager les employeurs à recruter ou à maintenir dans l’emploi des personnes en situation de handicap, l’Agefiph propose des aides financières dont certaines ont récemment été redéfinies.

L’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph) permet aux employeurs qui recrutent ou maintiennent dans l’emploi des personnes en situation de handicap de bénéficier de différentes aides financières. Ces contributions peuvent être octroyées quel que soit l’effectif de l’entreprise – qu’elle soit soumise ou non à l’obligation d’employer des travailleurs handicapés.

Et force est de constater que l’appui de l’Agefiph ne manque pas de porter ses fruits ! En 2017, plus de 91 000 personnes handicapées ont ainsi réussi à trouver ou à conserver leur emploi.

Des résultats pour le moins encourageants, qui ont récemment amené l’organisme à redéfinir son offre d’aides destinées aux entreprises, afin de leur proposer un soutien toujours plus efficace.

Embaucher une personne handicapée

  • En contrat d’apprentissage ou de professionnalisation : si l’employeur recrute une personne handicapée en contrat d’apprentissage d’au moins 6 mois pour une durée hebdomadaire de travail de 24h minimum (ou de 16h en cas de dérogation légale ou conventionnelle), il peut bénéficier d’une subvention pouvant aller jusqu’à 3 000 €. Dans le cas d’un recrutement en contrat de professionnalisation, réalisé dans les mêmes conditions, une aide de 4 000 € maximum peut lui être accordée.

 

  • En CDI ou CDD : l’Agefiph alloue une subvention pouvant atteindre un montant de 3 000 € à l’entreprise qui recrute une personne handicapée en contrat à durée indéterminée (CDI) ou en contrat à durée déterminée (CDD) de 6 mois minimum. L’objectif ? Faciliter son accueil et son intégration au sein de l’entreprise, tout en assurant sa (future) évolution professionnelle au sein de la structure. En pratique, cette aide peut ainsi couvrir, par exemple, les frais liés à l’accompagnement du manager à la prise en compte du handicap de la nouvelle recrue.

Sans oublier que l’employeur peut également bénéficier d’une subvention lorsqu’il met en œuvre des moyens techniques, humains ou organisationnels permettant l’accès à l’emploi ou le maintien dans l’emploi – notamment par l’aménagement spécifique de son poste de travail – d’une personne en situation de handicap. Dans ce cas précis, le montant de l’aide allouée sera fixé par l’Agefiph après analyse de la situation.

Bon à savoir : les travailleurs indépendants en situation de handicap peuvent également bénéficier de cette aide.

Maintenir dans l’emploi une personne handicapée

L’employeur qui recherche des solutions afin de maintenir dans l’emploi un salarié handicapé peut bénéficier d’une aide forfaitaire de 2 000 €. Une subvention qui peut, par exemple, couvrir les frais occasionnés par des réunions ou des temps de concertation.

Par ailleurs, l’employeur peut se voir allouer une aide financière permettant de compenser les surcoûts pérennes induits par le handicap d’un salarié à son poste de travail, après aménagement optimal de ce dernier. Une aide dépendant toutefois d’une décision de reconnaissance de la lourdeur du handicap du salarié, prise par l’Agefiph. En 2018 et pour un poste de travail à temps plein, cette subvention annuelle s’établit alors à 5 434 € minimum.

Enfin, une aide à la formation peut également être attribuée par l’Agefiph. L’enjeu ? Contribuer au maintien dans l’emploi d’une personne handicapée grâce à sa qualification. Le montant de l’aide allouée est alors déterminé en fonction du coût pédagogique de la formation suivie – sachant que celle-ci peut être réalisée soit en interne, soit par un organisme extérieur.

Précision : ces aides peuvent également être attribuées au travailleur indépendant en situation de handicap.