La cession ou transmission d’activité a des conséquences financières, professionnelles et personnelles pour le dirigeant qui se sépare de son entreprise. Le cédant doit se préparer pour cheminer au mieux dans cette étape de vie.

État des lieux des transmissions d’entreprise en France

D’après le ministère de l’Économie, 630 000 entreprises seront concernées par la transmission sur la période 2016-2026. Or, la moitié des entreprises à céder sont obligées de fermer, faute de repreneur.

En Île-de-France, près d’une entreprise sur trois est dirigée par un chef d’entreprise âgé de 55 ans ou plus d’après le CROCIS, le centre régional d’observation du commerce de l’industrie et des services. Cela représente 376 000 entreprises de moins de 50 salariés qui seront concernées, dans un futur relativement proche par la question de la transmission. Le ministère de l’Économie a mis en ligne une liste de conseils pour bien réussir la transmission de son entreprise. L’anticipation, suffisamment en amont, est la clé de la réussite pour le cédant.

Pour bien transmettre son entreprise : se faire accompagner par des professionnels

Expert-comptable, avocat, notaire, conseiller spécialisé en fusion-acquisition… n’hésitez pas à demander l’avis d’experts qui pourront vous conseiller et vous aider à sécuriser financièrement et juridiquement la reprise de votre entreprise.
De nombreux organismes et services existent aussi pour vous accompagner dans la cession ou la transmission de votre activité. Parmi eux, le réseau « Entreprendre »  réunit des dirigeants qui accompagnent les créateurs et repreneurs d’entreprises. Les boutiques de gestion pour entreprendre apportent renseignements et formations aux entrepreneurs partout en France et le réseau associatif Initiative France, réunit des créateurs et repreneurs d’entreprise. Les chefs d’entreprise peuvent aussi se tourner vers l’association des cédants et repreneurs d’affaires et vers la plateforme Fusacq, une place de marché dédiée à la vente et reprise d’activité.  

Effectuez le diagnostic de votre entreprise et évaluez sa valeur

Effectuer un diagnostic de votre entreprise vous permet d’évaluer ses forces et ses faiblesses en fonction d’éléments tels que votre nombre de clients, l’état du marché, les contrats en cours, mais aussi le climat social, l’impact environnemental ou le nombre de litiges en cours. En Île-de-France, le service Créer sa boite met à disposition des repreneurs et des cédants ses conseils sur la bonne conduite de ce diagnostic d’entreprise.

Pensez également à faire évaluer la valeur de votre entreprise. Contrairement au prix de votre entreprise, qui repose principalement sur des logiques d’offres et de demande, la valeur de votre entreprise repose sur différents critères matériels (valeurs immobilières, machines…) et immatériels (certifications, fichiers clients…). Que ce soit pour votre diagnostic ou pour évaluer la valeur de votre entreprise, n’hésitez pas à vous appuyer sur des professionnels externes tels que votre avocat, votre expert-comptable ou un conseiller. Ces éléments vous permettront de préparer un dossier de cession le plus attractif possible pour attirer de futurs repreneurs.

Déterminez le type de reprise d’entreprise que vous souhaitez privilégier

La transmission et la cession d’entreprise peuvent prendre différentes formes qu’il convient de connaitre, afin de faire le meilleur choix possible pour votre société.
-    La transmission familiale : par donation ou par vente, à un membre de la famille à même de reprendre votre activité.
-    La transmission à un ou plusieurs salariés : cette méthode vous permet de laisser votre entreprise entre les mains de ceux qui la connaissent le mieux : votre équipe. L’anticipation est de mise, pour permettre aux salariés de se constituer une épargne et de se former à la gestion d’une entreprise.
-    La transmission à un tiers : c’est-à-dire à un repreneur qui ne connait, à priori, pas l’entreprise en détail. Dans ce cas de figure, un repreneur peut parfois être difficile à trouver, d’où l’intérêt de préparer au mieux son dossier de cession.

Faites connaitre votre projet de reprise

Pour trouver le bon repreneur, il faut faire connaitre votre intention auprès du plus grand nombre de potentiels acquéreurs. La presse spécialisée, les associations, les fédérations et syndicats dans votre secteur d’activité sont des réseaux qui vous permettent de vous faire connaitre.

Les chambres de commerce et d’industrie, les chambres de métiers et de l’artisanat et l’Urssaf vous permettent aussi de poster des annonces en ligne. BPI France, l’agence France entrepreneurs et la bourse nationale de la transmission d’entreprises possèdent également des bases de repreneurs sur lesquelles il est intéressant de vous inscrire.

Se préparer psychologiquement

Il peut être difficile pour un dirigeant de tourner la page après la transmission de son entreprise. Il peut être délicat, par exemple, d’observer le nouveau style de management de votre successeur, ou de le voir prendre des décisions que vous n’auriez pas prises. Au plus vous anticiperez cette échéance, au mieux vous saurez y faire face le moment venu et il sera plus facile de vous tourner vers le futur, que ce soit une retraite bien méritée, un nouveau projet entrepreneurial ou tout autre projet de vie.