1. Un nom de domaine, qu’est-ce que c’est ?

Le nom de domaine constitue la partie centrale de l’URL permettant d’accéder à votre site. Le nom de domaine est donc, en d’autres termes, l’information la plus importante de votre URL. Il est essentiel pour identifier votre site internet, d’où l’importance de bien le choisir.

Prenons l’exemple d’un menuisier installé à Rennes. L’URL du site pourrait être : www.menuisierrennais.fr. Cette URL est composée d’un sous-domaine (www), d’un nom de domaine (menuisierrennais) et d’une extension (.fr).

2. Créer un nom de domaine à l’aide de mots-clés

Choisir un nom de domaine peut sembler simple, tant on est habitué à voir des noms différents dans nos navigateurs chaque jour. Et pourtant, l’exercice est plus difficile qu’il n’y paraît.

La solution la plus évidente pour créer son nom de domaine est d’utiliser son nom de famille ou bien le nom de l’entreprise pour laquelle on crée un site web. Mais ce n’est pas toujours aussi simple. Le nom de domaine peut déjà être pris, ou vous pouvez chercher un nom de domaine original et facile à retenir pour les internautes.

Pour vous aider dans la création de votre nom de domaine, vous pouvez faire une liste de quelques mots-clés qui définissent le mieux votre activité. Si vous ne trouvez pas, aidez-vous d’un dictionnaire de synonymes. Autre idée : faites une traduction d’un ou deux mots-clés dans d’autres langues. Le résultat peut être tout à fait surprenant.

Une fois vos mots-clés trouvés, vous pouvez ensuite essayer de les associer. N'hésitez pas à tester différentes combinaisons, voire à vous aider de sites internet qui génèrent des noms de domaine en s’appuyant sur vos quelques mots-clés, comme l’Afnic.

3. Choisir un nom de domaine intuitif, court et unique

Pour que votre nom de domaine soit efficace, il doit être intuitif. En lisant votre nom de domaine pour la première fois, on doit pouvoir deviner votre activité et le type de contenu proposé sur votre site web. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est également important de choisir un nom de domaine court. Il sera ainsi plus facile à retenir, comme « paysagistenantais » si vous êtes spécialiste des jardins dans la région nantaise, par exemple.

En plus d’être intuitif et court, votre nom de domaine se doit aussi d’être unique. Choisir un nom de domaine proche d’un nom déjà existant n’est pas recommandé, surtout si le site internet « copié » est très connu sur la toile. Cela pourrait même être une erreur préjudiciable.

En effet, le fait de reprendre un nom de domaine qui imite une marque s’appelle le « cybersquatting ». Or, l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) précise que le nom de domaine profite à celui qui en fait la réservation en premier. « Premier arrivé, premier servi », en quelque sorte. Des actions judiciaires en civil voire en pénal peuvent donc être intentées à l’encontre des cybersquatteurs.

Mieux vaut ne pas mettre simplement un nom de domaine déjà existant au pluriel pour créer le sien, ou y ajouter un tiret. Un nom de domaine efficace doit être unique, original.

4. S’assurer que le nom est facile à taper

Un nom de domaine qu’on ne sait plus orthographier, qui est trop long, ou qui comporte des mots trop compliqués à retenir sont autant d’erreurs à éviter. Même s’il est tentant de choisir un nom de domaine original, il est primordial de penser en priorité à la facilité. Vos clients ou vos prospects doivent être en mesure de taper facilement votre nom de domaine sur le clavier de leur téléphone ou de leur ordinateur. Pour ce faire, il faut donc privilégier les noms de domaines les plus courts possibles en nombre de caractères, et les plus faciles à mémoriser.

5. Éviter les traits d’union et les numéros

Les traits d’union et les numéros sont déconseillés lors de la création d’un nom de domaine. En effet, ils rendent la prononciation du nom de domaine difficile. Plus le nom de domaine est long à dire, plus il est compliqué à retenir et donc à taper sur un clavier. Pour cette raison, il convient donc d’éviter les tirets et les numéros dans un nom de domaine.

Leur présence peut aussi avoir un impact négatif sur le positionnement dans les moteurs de recherche et sur l’image de marque. Enfin, gardez à l’esprit que vous aurez certainement une adresse mail associée au nom de domaine. Plus celui-ci est compliqué, plus votre adresse mail risque de l’être également.

Si, par exemple, vous choisissez comme nom de domaine \"www.mon-entreprise-toiture-69.fr\", vous pourriez obtenir une adresse mail du type \"contact@mon-entreprise-toiture-69.fr\".

6. Bien choisir son extension

.fr, .com, .net, .org… Il existe de nombreuses extensions. En France, la plupart des URL ont une extension en .fr ou .com. Si l’extension en .com a longtemps été la meilleure option, il est aujourd’hui devenu très difficile de trouver des noms de domaine de qualité avec cette extension. C’est pourquoi aujourd’hui, en France, l’extension .fr est de plus en plus appréciée.

Autre point fort de cette extension nationale : elle peut être bénéfique d’un point de vue SEO, c’est-à-dire en matière de référencement naturel. En effet, les moteurs de recherche prennent en compte les critères géographiques dans leurs pages de résultats. Pour une entreprise installée dans l’Hexagone, opter pour une extension en .fr est donc une bonne option. De leurs côtés, les Belges opteront pour une extension en .be, et les Canadiens en .ca, pour ne citer que ces deux exemples.

Enfin, il est aussi possible d’acheter plusieurs extensions, telles que www.monentreprise.fr, www.monentreprise.com ou encore www.monentreprise.be. L’avantage : vous évitez qu’un autre site web soit créé avec le même nom de domaine que vous.

7. Réserver son nom de domaine

Une fois votre nom de domaine trouvé et votre extension choisie, vous devez vous tourner vers un registrar, aussi appelé registraire de nom de domaine. Ces sociétés sont spécialisées dans l’enregistrement et la réservation des noms de domaine. En effet, sur le web, les noms de domaine ne peuvent pas être achetés ou vendus, ils sont uniquement loués pour une durée déterminée. Pour exploiter un nom de domaine, il est donc indispensable de se tourner vers le registrar.

En France, c’est l’Association française pour le nommage internet en coopération (Afnic) qui gère les extensions en .fr. Plusieurs registrars sont ensuite chargés de jouer les intermédiaires entre le registre, en l’occurrence l’Afnic, et les futurs locataires du nom de domaine, appelés les « registrants ». Parmi les registrars les plus connus, on peut citer OVH, Domraider, EuropeRegistry, mais aussi Orange.

 
Vous avez besoin de réserver votre nom de domaine ?
Avec votre offre internet Orange Pro, ce service est inclus !
En profiter

 

8. Protéger son nom de domaine

Comme évoqué dans le point 3, certains concurrents ou cybersquatteurs peuvent profiter de votre marque en créant un nom de domaine très proche du vôtre. Même si votre nom de domaine ne reprend pas votre nom commercial ou votre dénomination sociale, vous pouvez le protéger.

Pour ce faire, commencez par enregistrer votre nom de domaine sous forme de marque. En effet, sur le site de l’INPI, la catégorie « nom de domaine » n’existe pas. Vous devez donc faire le dépôt de votre nom de domaine dans la catégorie des produits ou services proposés sur votre site.

Enfin, pour renforcer la protection juridique de votre nom de domaine, vous pouvez le déclarer au registre du commerce et des sociétés (RCS) au moment de votre immatriculation. Le nom de domaine du site web de votre entreprise apparaîtra ainsi sur votre extrait Kbis, faisant de vous son détenteur.