<p><a href="https://pro.orange.fr/actualites/3-start-up-africaines-qui-devraient-inspirer-le-monde-CNT000000Smujz.html" target="_blank">Dans la vie d’une startup</a>, le sujet de la levée de fonds est généralement abordé lorsque l’on a une vraie réponse du marché et qu’il est temps d’appuyer sur l’accélérateur pour s’attaquer à de nouveaux marchés ou renforcer celui dans lequel on est déjà établie.</p><p>Chaque semaine dans les médias spécialisés, des startups se félicitent d’avoir levé des millions pour booster leur croissance. Ce que l’on regarde souvent beaucoup moins, c’est à quel niveau les investisseurs sont entrés au capital. Car oui, une levée de fonds, c’est aussi la cession de parts du capital. On dit alors que les fondateurs sont “dilués”.</p><p>Mais comment faire pour lever sans être dilué ? On va voir qu’il existe <a href="https://pro.orange.fr/actualites/comment-trouver-un-financement-pour-votre-entreprise-CNT000000JCKT2.html" target="_blank">différentes façons de financer votre startup</a> sans avoir affaire à des investisseurs.</p><h2>Les aides et subventions régionales</h2><p>Si vous avez créé votre startup, vous n’êtes pas sans savoir que votre région peut vous octroyer des aides ou des subventions pour financer votre innovation et tout ce qui l’entoure. Par l’intermédiaire de la BPI par exemple, il existe l’aide pour la faisabilité de l'innovation. Selon la région dans laquelle votre siège social est situé, vous avez accès à d’autres aides similaires comme l’aide à la faisabilité technologique ou encore l’aide à la faisabilité commerciale. Généralement, ces subventions sont à hauteur des fonds propres ou limitées à 25.000€ environ, mais vous permettent de faire levier sur un prêt à la banque ou sur une avance remboursable. Pour bénéficier de ces aides et subventions, il faut généralement être incubé dans une pépinière d’entreprise ou faire partie d’un réseau d’entreprises local. Renseignez-vous auprès de votre région.</p><h2>L’avance remboursable et le prêt d’honneur</h2><p>Dans la chaîne de financement des projets innovants dans votre région sont souvent présents des fonds de prêt. Ces organismes sont abondés par des partenaires publics tels que la Région, la Caisse des Dépôts et l’Europe, mais aussi par des soutiens privés. Ces fonds régionaux peuvent vous faire bénéficier d’un prêt d’honneur, c’est à dire un prêt à taux zéro, dont le montant peut aller jusqu’à 100.000€. Il s’agit de prêt personnel remboursable sur 5 ans (le montant et les conditions de remboursement peuvent varier selon les organismes) qui vous permet de financer le développement de votre société. Le fonctionnement du prêt d’honneur est très proche de celui de l’avance remboursable qui est octroyée par les collectivités locales sans exigence de garanties.</p><h2>Le prêt innovation ou prêt entreprise innovante</h2><p>Si votre startup a plus de 3 ans, vous êtes éligible au prêt innovation. C’est un prêt compris entre 50.000€ et 5 millions d’euros dont le taux d’intérêt est de moins de 1% et les conditions de remboursement sont de 7 ans dont 24 mois de différé d'amortissement en capital. Si vous hésitez à faire appel à des Business Angels (ou « investisseur providentiel ») car vous ne voulez pas laisser de l’equity (fonds propres) au passage, le prêt innovation peut-être une bonne solution. Tournez-vous vers la BPI ou votre banque tout simplement.</p><h2>Le prêt bancaire classique</h2><p><a href="https://pro.orange.fr/actualites/orange-bank-la-banque-en-ligne-100-mobile-CNT000000RoN6H.html" target="_blank">La banque reste une solution</a> que les startups ont tendance à oublier, certainement dû à la frilosité qu’elles ont à faire appel au banquier. Mais si vous avez besoin de trésorerie (compris entre 10.000 et 100.000€), le prêt bancaire classique est peut-être la solution qui vous évitera de vous faire diluer. Vous aurez certes à payer des intérêts, mais vous garderez le contrôle total de votre société.</p><h2>Le crowdfunding</h2><p><a href="https://pro.orange.fr/actualites/les-etapes-a-suivre-quand-on-se-lance-dans-le-crowdfunding-CNT000000JCKSa.html" target="_blank">Le financement participatif ou “crowdfunding”</a> a au moins deux avantages : il permet de faire appel à un grand nombre de personnes pour financer votre projet, et par la même occasion, il vous permet de tester le marché avec un retour direct d’utilisateurs ! Si le crowdfunding demande un plus grand effort que le montage d’un simple dossier de subvention régionale, les retours peuvent être énormes et immédiats. Aujourd’hui, si l’on trouve de nombreuses plateformes de financement participatif (KissKissBankBank, KickStarter, Ulule…), certaines se sont spécialisées dans des domaines bien précis. Votre startup pourra ainsi cibler précisément la population d’utilisateurs qu’elle souhaite. A noter que si votre projet connaît le succès, les chances d’avoir une couverture médiatique pendant la durée du financement sont grandes.</p><h2>Les concours</h2><p>Cette solution reste la moins sûre de toutes et le temps passé à préparer les concours ne pourrait ne jamais être récompensé. Néanmoins, si votre CEO est un excellent pitcheur et que vous êtes convaincu que vous avez la capacité à gagner des concours, alors cela vaut le coup d’être tenté. Sélectionnez des concours dans votre domaine, où il y a un financement à la clé (lisez bien les conditions du concours) et foncez ! Même si vous perdez, vous vous ferez un réseau bien fourni et très ciblé.</p><p> </p>