1. Première solution digitale : Le click and collect

Avec le deuxième confinement en France lié à la pandémie du coronavirus, le click and collect se généralise auprès des petites entreprises et pas uniquement à Paris et dans les grandes villes. Le click and collect correspond à l’achat en ligne (sur le site internet de l’entreprise ou via une plateforme dédiée) suivi d’un retrait de la commande par le client à la boutique du commerçant, dans un laps de temps court après l’achat. Un moyen pour les petites entreprises de continuer la vente sur le pas de porte, à condition de bien respecter les gestes barrières, et l’ensemble des règles qui s’appliquent à la méthode du click and collect.

2. Deuxième solution digitale : Le drive

En France, le drive est plus généralement associé aux enseignes de restauration rapide et aux grands supermarchés, qu’aux petites entreprises. Pourtant, de nombreuses autres activités se sont adaptées à ce type de vente, qui s’effectue directement à la fenêtre de la voiture du client.
Au mois de mars, lors du premier confinement lié à la pandémie du coronavirus, les ventes en drive ont augmenté de 74,3 %. Une aubaine pour les grands acteurs de la distribution, mais aussi pour les petits commerces qui s’emparent de la technique du drive.
Ainsi, à Toulouse, les bibliothèques et médiathèques tentent un « bibliodrive » pour récupérer des livres depuis sa voiture. Un système de drive à tester pour les librairies, mais aussi les épiceries, les restaurateurs, ou encore les boulangeries.

3. Troisième solution digitale : La livraison à domicile

Tout comme le click and collect, la livraison à domicile permet aux commerces non-essentiels de continuer à vendre certains de leurs produits, sans ouvrir leur boutique. Cette méthode demande cependant une logistique supplémentaire pour les commerçants.
Deux méthodes s’offrent aux commerçants :

  • proposer une livraison à domicile, en échange d’un supplément sur la note (un service adapté aux maraichers ou aux libraires par exemple),
  • ou le recours à une plateforme de livraison telle que Uber Eats ou Deliveroo qui s’adressent aux restaurateurs, en échange d’une commission.

4. Quatrième solution digitale : Des bons d’achat

Comme pendant le premier confinement lié au covid-19 en France, il est possible pour les commerçants de mettre en vente des « bons d’achat » en ligne, que les consommateurs pourront utiliser quand ils auront à nouveau la possibilité de se rendre en boutique ou dans les restaurants.

Pour participer à cette opération de bons d’achat, il suffit de vous rendre sur l’une des nombreuses plateformes dédiées, comme Petits commerces, association soutenue par le gouvernement, ou sur les nombreuses plateformes locales de vos régions, telles que J’aide les commerçants pour inscrire votre entreprise. Une façon d’inciter les consommateurs à venir vous voir, dès la fin du confinement.

5. Plus que jamais maintenez le lien avec vos clients

Au-delà de ces techniques de poursuite d’activité via des solutions digitales (click and collect, drive, livraison à domicile, bon d’achat… ), il est plus important que jamais pour le commerçant de rester en lien avec sa communauté et ses clients.
Là aussi, l’ensemble des outils digitaux à votre disposition doit être mobilisé. Les newsletters sont un excellent moyen de rester en contact avec votre clientèle pour leur donner envie de revenir dans votre boutique dès que possible. N’hésitez pas non plus à utiliser vos réseaux sociaux et votre site internet pour tenir informé de l’activité de votre entreprise pendant le confinement lié à la pandémie du coronavirus.