<p>Il y a 15 ans, les cryptomonnaies n’existaient pas. Aujourd’hui, elles affolent les marchés. Mais de quoi parle-t-on ? Décryptage.</p><p>Impossible d’être passé à côté : en mars 2021, le cours du bitcoin, la plus célèbre des cryptomonnaies, a franchi la barre des 62 000 dollars (51 187 euros). Depuis, il joue au yoyo et à l’heure où cet article est rédigé (15 juin 2021), son cours s’est stabilisé à 40 000 dollars (33 021 euros).</p><h2>Mais au fait, c’est quoi une cryptomonnaie ?</h2><p>Une cryptomonnaie, c’est une monnaie 100% virtuelle. La plus connue ? Le Bitcoin, de l'anglais « bit » (unité d'information binaire) et « coin » (pièce de monnaie), créé en 2008 par un ou plusieurs développeurs sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto.</p><p>Contrairement aux devises étatiques comme l’euro ou le dollar, une cryptomonnaie n’est pas adossé à un État, pas plus qu’à une banque centrale. Elle est au contraire autonome et permet d'effectuer des transactions de personne à personne dans le monde entier sans aucun intermédiaire. En revanche, elle n’a pas de cours légal, ce dernier variant en fonction de l’offre et la demande.  </p><h2>Existe-t-il beaucoup de cryptomonnaies ?</h2><p>Oui : selon le site spécialisé Coinmarketcap, il existe plus de 9 000 cryptomonnaies différentes qui, réunies, pèsent aujourd’hui plus de 2 100 milliards de dollars. Soit l’équivalent du PIB de la Corée du Sud .</p><p>Il faut dire que de nombreux investisseurs traditionnels, mais aussi des personnalités comme Katy Perry, Lionel Messi ou encore Ashton Kutcher , se tournent vers ces nouveaux moyens de paiement. Wall Street aussi : depuis peu, JP Morgan ou BlackRock, des sociétés de gestion de portefeuilles, proposent à leurs clients des fonds spécialisés en cryptomonnaies. Des banques et des services de paiement comme Paypal proposent également d’en utiliser certaines.</p><h2>Comment ça marche ?</h2><p>Concrètement, aujourd’hui, si vous souhaitez effectuer un paiement sur internet, vous devez soit utiliser votre carte bleue, soit passer par une plateforme dédiée comme Paypal par exemple. Mais vous pouvez également utiliser des cryptomonnaies qui ne sont pas juste des produits spéculatifs mais aussi des monnaies au sens le plus strict du terme. À savoir qu’elles permettent de faire des achats dans l’économie réelle, que ce soit via une plateforme en ligne ou via un magasin physique.</p><p>Le principe de fonctionnement des cryptomonnaies est basé sur la blockchain (ou « chaîne de blocs » en français). Schématiquement, une blockchain est composée de blocs qui contiennent des centaines de transactions, effectuées à l’aide de cryptomonnaies, et qui s’ajoutent les uns aux autres, formant ainsi un chaîne. D’où le terme blockchain.</p><p>Pour assurer et sécuriser ce processus, exit les organes de contrôle et autres tiers de confiance : ce sont des individus ou des entreprises appelés « Mineurs » qui mettent à disposition la puissance de calcul de leurs ordinateurs pour permettre de vérifier la validité de toutes les transactions enregistrées dans une blockchain.  </p><p>Pour encaisser vos factures en cryptomonnaies ou payer les vôtres, il vous suffit de posséder une application dédiée comme Coinbase, Zengo ou Binance par exemple. En outre, sachez que les opérateurs Visa et Mastercard vont bientôt rendre possible le paiement directement en cryptomonnaies . De son côté, PayPal a annoncé faire de même pour ses transactions en ligne.</p><h2>Quels sont principaux avantages des cryptomonnaies ?</h2><p>Parce qu’elles permettent d'effectuer des transactions de personne à personne dans le monde entier sans aucun intermédiaire, elles ne génèrent quasiment aucun frais de transactions.</p><h2>Et les inconvénients ?</h2><p>Leur extrême volatilité : les cryptomonnaies peuvent très vite perdre ou gagner de la valeur. Et puis s’il est facile de placer votre recette dans une banque, stocker des bitcoins peut s’avérer risqué : vous n’êtes pas à l’abri de voir votre portefeuille virtuel piraté par des hackers comme cela est arrivé à la plateforme NiceHash en 2017. Victime de pirates informatiques, elle s’est fait voler 4700 bitcoins qui, à l’époque, valaient 79 millions de dollars.</p>