La hausse généralisée des prix, ou inflation, gravite autour des 6 % et affecte largement le pouvoir d’achat. Quels leviers les entrepreneurs doivent-ils activer pour faire face à cette inflation ?

L’inflation est galopante, et coûterait environ 1 000 euros par Française et Français rien que sur l’année 2022 d’après l’institut NielsenIQ. Pour contrecarrer ce phénomène économique, le gouvernement demande aux employeurs qui le peuvent de verser des aides à leurs salariés via une prime créée à cet effet, par exemple, ou une hausse des salaires. Regardons ensemble comment vous pouvez en tant que dirigeant mettre en place ces dispositifs inédits pour palier à l’inflation.  

Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat : ce qu’il faut savoir

L’Assemblée nationale a récemment voté une loi qui vient reconduire la prime Macron ou PEPA (Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat). Basée sur le volontariat des entreprises, cette prime peut s’appliquer de façon individuelle, aux collaborateurs dont le salaire est plus faible par exemple, ou de façon généralisée. À noter que la PEPA peut être versée aux apprentis de votre entreprise ainsi qu’aux intérimaires !

Si le Sénat valide le projet de loi de la prime Macron ou PEPA, la reconduction de cette prime s’accompagnerait également d’une modification en matière de plafonnement pour les entreprises :

Le plafond de versement devrait tripler : si vous êtes dirigeant d’une entreprise de moins de 50 salariés, ou en contrat d’intéressement, le plafond pourrait passer de 2 000 euros à 6 000 euros. Pour les sociétés de plus de 50 salariés, il pourrait passer de 1 000 euros à 3 000 euros.
Si vous avez déjà versé une prime de 2 000 euros à vos salariés au début de l’année 2022, alors vous pouvez en verser une seconde entre le 1er août et le 31 décembre.

Pour mettre en place la prime Macron auprès de vos collaborateurs dans votre entreprise, vous devez garder en tête les modalités suivantes :

La prime Macron est exonérée d’impôt côté employeur et salarié en cas de versement à un collaborateur dont le salaire est inférieur à trois fois le montant du SMIC.
La prime est soumise à certaines taxes dont la CSG, la CRDS et l’impôt sur le revenu en cas de versement à un salarié dont le salaire est supérieur à trois fois le montant du SMIC.
Dès 2024, la prime est soumise à l’impôt sur le revenu indépendamment du montant du salaire.

Augmentation des salaires : comment la mettre en place dans son entreprise ?

Le second levier activable contre l’inflation et préconisé par le gouvernement consiste à augmenter les salaires pour relancer le pouvoir d’achat et valoriser le travail des équipes. Selon l’Apec, 60 % des cadres pourraient ainsi bénéficier d’une augmentation de leur salaire en 2022 pour rester en adéquation avec la conjoncture ; bien que l’augmentation reste souvent en dessous des taux d’inflation.

En tant qu’entrepreneur, avant de procéder à une hausse des salaires, vous pouvez d’abord estimer l’impact de l’inflation sur votre propre activité. Autrement dit, si vous continuez à dégager des bénéfices, et donc à maintenir une marge commerciale, alors il peut être judicieux d’augmenter les salaires de vos collaborateurs. Cela permet de fidéliser vos salariés qui se sentiront mis en valeur. Vous pouvez également appliquer des augmentations individuelles ou des revalorisations générales en fonction de votre trésorerie.

Par ailleurs, attribuer un treizième mois peut être une manière différente, mais tout aussi pertinente d’augmenter le salaire de vos collaborateurs.

Défiscalisation des heures supplémentaires et RTT

Les heures supplémentaires étaient jusqu’alors défiscalisées jusqu’au seuil de 5 000 euros, avec un quota de 220 heures travaillées au maximum en dehors des accords de branche ou des conventions collectives.

Depuis le mois de juillet 2022, et jusqu’au 31 décembre 2022, ce seuil évolue à 7 500 euros avec l’objectif de toujours booster le pouvoir d’achat puisque cette mesure bénéficie avant tout aux salariés. Dans la même optique, le gouvernement français encourage la revalorisation des RTT non pris sans impôt ni cotisation dans les entreprises.

Si votre société est en mesure d’agir pour faire face à l’inflation, vous pouvez donc utiliser l'une ou plusieurs de ces stratégies. Bien sûr, le gouvernement laisse aux entrepreneurs le choix d’augmenter ou non les salaires, et de verser ou non une prime. Il est donc primordial de réaliser un état financier de votre activité régulièrement afin de voir comment vous pourriez participer à la lutte contre la hausse des prix en adaptant la rémunération de vos collaborateurs.