<style type="text/css" media="all"> @import url("/pg/drupal/system.base.css"); @import url("/pg/drupal/node.css"); @import url("/pg/drupal/search.css"); @import url("/pg/drupal/views.css"); @import url("/pg/drupal/onecol.css"); @import url("/pg/drupal/layout.css");</style> <div id="page-wrapper"><div id="page"> <div id="header"><div class="section clearfix"> </div></div> <!-- /.section, /#header --> <div id="main-wrapper"><div id="main" class="clearfix"> <div id="content" class="column"><div class="section"> <a class="o_r_notchanged" id="main-content"></a> <div class="region region-content"> <div id="block-system-main" class="block block-system"> <div class="content"> <div id="node-1008" class="node node-panel clearfix"> <div class="content"> <div class="panel-display panel-1col clearfix" > <div class="panel-panel panel-col"> <div><div class="panel-pane pane-custom pane-1" > <div class="pane-content"> <p>La Mannschaft n'a pas r&#233;ussi &#224; confirmer sa bonne entame de tournoi. Hier, &#224; Saint-Denis, elle a du se contenter d'un match nul (0-0) contre une formation polonaise, disciplin&#233;e et solide en d&#233;fense.</p> <p>Un match sans but, il fallait bien que &#231;a arrive ! C'est chose faite avec la 18e rencontre de l'Euro, qui opposait hier l'Allemagne, un des grands favoris de la comp&#233;tition, &#224; la Pologne. Une &#233;quipe aux ambitions certes plus modestes mais qui, rappelons-le, s'&#233;tait pay&#233;e le luxe de battre les champions du monde en titre 2-0 lors des qualifications.<br />A l'image du score de la rencontre, nul et vierge, on ne peut pas dire qu'on se soit r&#233;gal&#233; de cette affiche pourtant prometteuse. Les Allemands, qui ont monopolis&#233; le ballon durant la majeure partie de la rencontre, n'ont pas r&#233;ussi &#224; d&#233;s&#233;quilibrer la d&#233;fense adverse. A chaque fois, ils ont but&#233; sur un pied, une jambe, ou les gants de Fabianski, le gardien polonais. Dans le camp d'en face, malgr&#233; quelques belles situations &#224; exploiter, on est rentr&#233; au vestiaire &#224; la fin du match sans avoir cadr&#233; le moindre tir. C'est dire s'il y a eu du d&#233;chet dans la finition.<br />R&#233;sultat des courses : la prochaine et derni&#232;re rencontre de cette&#160; phase de poule sera d&#233;cisive pour le classement final du groupe C. L'Allemagne, qui affrontera l'Irlande du Nord, part avec un l&#233;ger avantage sur le papier. Attention tout de m&#234;me : son futur adversaire a cr&#233;&#233; la surprise en battant hier l'Ukraine 2-0.</p> <h2>Coup de gr&#234;le au Parc OL</h2> <p>Tiens, &#224; ce propos justement... Le match entre l'Ukraine et l'Irlande du Nord, qui se jouait hier &#224; Lyon, n'a pas &#233;t&#233; de tout repos, du moins question m&#233;t&#233;o. L'arbitre a m&#234;me du interrompre temporairement la rencontre &#224; cause d'un violent coup de gr&#234;le qui s'est abattu sur le terrain. On jouait la 57e minute, l'Irlande venait d'ouvrir le score et &#231;a commen&#231;ait &#224; tomber dru. Il a pr&#233;f&#233;r&#233; renvoyer tout le monde dans le tunnel, le temps que &#231;a se calme. Sauf que, galvanis&#233;s par leur but, les Irlandais ne le voyaient pas de cet oeil l&#224;. Pas question pour eux de quitter le champ de manoeuvre ! Finalement, ils ont obtemp&#233;r&#233; et &#231;a ne les a pas refroidis puisqu'ils ont doubl&#233; la mise dans le temps additionnel (96e). Pour les Ukrainiens, derniers du groupe C, cette escapade lyonnaise laissera le souvenir d'une sale douche &#233;cossaise, version irlandaise... &#224; oublier d'urgence.</p> <h2>Haro sur DD</h2> <p>Au fait, Didier Deschamps, notre s&#233;lectionneur national, aime bien le rappeler : il ne lit pas les journaux et n'est pas au courant de tout ce qui se dit. Tant mieux pour lui, car la presse &#233;trang&#232;re lui a tir&#233; dessus &#224; boulets rouges, suite &#224; sa d&#233;cision de laisser Griezmann et Pogba sur le banc mercredi, face &#224; l'Albanie. &#171; Il a jou&#233; avec le diable &#187;, &#233;crit le journal portugais El Observador. &#171; Imaginez si Joachim L&#246;w se privait de Toni Krosse et Thomas M&#252;ller &#187;, interroge Der Spiegel. &#171; C'est se tirer une balle dans le pied &#187;, estime La Vanguardia. Au-del&#224; de ces amabilit&#233;s, le s&#233;lectionneur est &#233;galement point&#233; du doigt chez nos voisins pour le fond de jeu jug&#233; m&#233;diocre des tricolores. Au fait, &#231;a ne vous rappelle rien ? Mais oui, bien s&#251;r... 1998... Aim&#233; Jacquet... Une certaine presse... Rassure-toi Didier, tant que &#231;a dure, tous les espoirs sont permis.</p> </div> </div> </div> </div> </div> <div style="display: none;"></div> </div> </div> </div> </div> </div> </div></div> <!-- /.section, /#content --> </div></div> <!-- /#main, /#main-wrapper --> <div id="footer"><div class="section"> </div></div> <!-- /.section, /#footer --> </div></div> <!-- /#page, /#page-wrapper -->