<p>Le sentiment de ne pas être à la hauteur est difficile à accepter pour un chef d'entreprise appelé, toute la journée, à prendre des décisions et à affirmer ses compétences. Vous pouvez le dépasser !</p><p>Il est probablement arrivé à chacun d'entre vous, un jour ou l'autre, de vous sentir dépassé au travail, de penser que la tâche à assumer allait bien au-delà de vos compétences, de vous sentir en situation d'infériorité face à certains interlocuteurs dont la technicité ou l'assurance vous ont fait prendre conscience de certains points faibles.</p><p>Ce manque de confiance est difficile à accepter pour un chef d'entreprise plutôt habitué, en général, à une position de force face à ses collaborateurs ou à ses partenaires. Pourtant, cette situation au travail est normale, voire même saine. En revanche, si elle se reproduit trop souvent ou si elle perturbe la réussite de votre entreprise, il est possible que vous souffriez du syndrome de l'imposteur.</p><h2>Qu'est-ce que le syndrome de l'imposteur ?</h2><p>Ce phénomène au travail a été mis en avant, à la fin des années 70 par des chercheuses américaines, Pauline Rose Clance et Suzanne Ament Imes. Plusieurs "symptômes" permettent d'identifier ce syndrome de l'imposteur, les mêmes pour les salariés que pour les chefs d'entreprise :</p><ul><li>L'impression de ne pas mériter sa place, de ne pas être légitime.</li><li>La tendance à attribuer ses succès à des facteurs extérieurs (chance, transmission familiale, intervention extérieure)</li><li>La peur d'être démasqué</li><li>Le besoin de fournir un travail acharné pour rattraper un supposé retard de compétences</li> </ul><h2>Les causes du syndrome de l'imposteur</h2><p>" Deux facteurs majeurs peuvent déclencher le syndrome de l'imposteur. Le premier est lié à l'enfance. Un enfant qui a manqué de valorisation aura tendance à se sous-estimer et à manquer de confiance. Un enfant survalorisé pourra aussi souffrir plus tard du syndrome de l'imposteur lorsqu'il sera confronté à son premier échec", explique Kevin Chassangre, titulaire d'un doctorat en psychologie et spécialiste du syndrome de l'imposteur. "Le deuxième facteur déclenchant intervient à l'âge adulte, à l'occasion de phases de transition (premier emploi, premières responsabilités, etc.)".</p><p>Les jeunes entrepreneurs, <a href="https://pro.orange.fr/lemag/creer-mon-entreprise-etape-par-etape-CNT000001g0MWh.html" target="_blank">lors de la création ou la reprise de leur entreprise</a>, peuvent donc être tout particulièrement exposés à cette difficulté.</p><p>En effet, les nouveaux entrepreneurs peuvent être confrontés au cours de leur vie à des situations spécifiques :</p><ul><li>Démarrage de l'activité plus long que prévu</li><li>Transmission familiale désapprouvée par des collaborateurs de l'entreprise ou par l'entourage</li><li>Confrontation avec d'autres chefs d'entreprise plus expérimentés</li><li>Concurrence plus lourde qu'envisagée</li> </ul><h2>Les conséquences du syndrome de l'imposteur pour un entrepreneur</h2><p>Au-delà du <a href="https://pro.orange.fr/lemag/qualite-de-vie-au-travail-qvt-et-rse-la-sante-du-dirigeant-c-est-aussi-celle-de-son-entreprise-CNT000001vDwMl.html" target="_blank">mal-être psychologique profond</a> qu'il peut occasionner chez une personne, pour vous, dirigeant d'entreprise, le sentiment d'imposture peut générer des conséquences concrètes et néfastes sur l'activité de votre société :</p><p>Montrer vos doutes de manière excessive à vos collaborateurs, à vos financeurs, à vos partenaires institutionnels peut nuire à la confiance qu'ils vous portent. Finalement, votre business pourrait être impacté</p><p>S'installer dans un syndrome d'imposture peut vous encourager à ne pas facturer suffisamment vos prestations, sous prétexte qu'elles ne seraient pas au niveau. La marge serait alors insuffisante, vous pourriez même travailler à perte</p><h2>Comment dépasser le sentiment d'imposture ?</h2><p>Si certains sont plus sensibles que d'autres à ce syndrome de l'imposteur, il est possible de lutter contre cette peur. Dans la plupart des cas, le temps, l'expérience et la réussite de votre entreprise ainsi que l'atteinte de vos objectifs feront le job pour vous convaincre de votre valeur.</p><p>En attendant, il est utile de :</p><ul><li>Prendre conscience de ce syndrome. Cela vous permettra de vous raisonner face aux situations délicates et d'avancer</li><li>Echanger avec d'autres entrepreneurs, autodidactes ou pas, avec lesquels vous pourriez avoir une affinité. Vous constaterez que ce sentiment d'imposture est assez répandu et que la plupart des parcours entrepreneuriaux sont semés de doutes et d'échecs</li><li> Accepter les compliments de vos clients ou de vos partenaires à leur juste valeur, ne les minimisez surtout pas</li><li>Se faire accompagner par un psychologue si le mal-être est trop profondément ancré en vous</li> </ul><p>Et s'il vous fallait un dernier point pour vous rassurer, affichez un post-it sur votre bureau avec cette analyse de Kevin Chassangre, expert français reconnu de ce sujet : "Plus on est intelligent et compétent, plus on est amené à souffrir du syndrome de l'imposteur. Car plus on est intelligent, plus on est apte à prendre conscience de ses propres failles".</p><p> </p><p> </p>