Le festival a démarré samedi avec des représentations d'"Elektra", l'opéra de Richard Strauss mis en scène par le Polonais Krzysztof Warlikowski, et de la pièce "Everyman", jouée chaque année depuis la création de l'événement.

La pièce devait être jouée en extérieur sur la place de la Cathédrale de Salzbourg, mais un orage a contraint à la jouer en intérieur, les spectateurs masqués ayant du mal à respecter les distances de sécurité en allant s'asseoir, selon la presse locale.

Les organisateurs ont promis de respecter des mesures sanitaires strictes pour cette version allégée du festival - 110 spectacles sont prévus courant août, contre 200 initialement.

Les 80.000 billets vendus - contre 230.000 les autres années - sont personnalisés pour permettre un traçage des contacts en cas de contamination.

Les spectateurs doivent porter un masque jusqu'à ce qu'ils soient assis, et il n'y aura ni entracte, ni restauration.

Les artistes qui ne peuvent respecter une distance d'au moins un mètre avec leurs collègues, comme les musiciens d'orchestre, doivent se soumettre régulièrement à des tests de dépistage du coronavirus.

Au programme figurent notamment la première représentation d'une pièce du prix Nobel de littérature autrichien Peter Handke et un autre opéra, "Cosi fan tutte" de Mozart, mis en scène par l'Allemand Christof Loy.

L'Autriche a été relativement peu touchée par la pandémie, avec quelque 21.000 cas recensés officiellement et environ 700 décès.

Mais les contaminations sont à la hausse, ces dernières semaines, depuis la levée de la plupart des sévères restrictions mises en place au printemps.

De nombreuses contaminations ont récemment été détectées autour du pittoresque lac Wolfgang, à moins de 50 km de Salzbourg.

Mais les autorités assurent que l'épidémie est sous contrôle dans le pays de près de neuf millions d'habitants.