Selon le député LREM Sacha Houlié, un proche du chef de l'Etat, le président envisageait avant son allocution annulée lundi une "conférence sociale" avec des réunions avec les partenaires sociaux "jusqu'au mois de juin", avant des annonces début juillet.

"Que l'on décide et décrète cette conférence sociale, on verra si elle est confirmée, comment elle est reçue par les partenaires, la façon dont chacun veut s'en saisir", avait-il ajouté.

"Vous savez, les grands messes, les conférences sociales, c'est le genre de choses qui font beaucoup plus de spectacle et de théâtre qu'elles n'apportent de résultats", a dit M. Veyrier sur Sud Radio. "Ca ne marchera pas".

"Nous, on veut négocier avec nos interlocuteurs, comme les employeurs, sur les salaires par exemple", a-t-il poursuivi.

Dans un entretien au quotidien Le Parisien de vendredi, le numéro un de FO évoque aussi le retrait de son organisation de la concertation sur les retraites en cours, en estimant être arrivé "à la limite de l'exercice".

"A l'évidence, la question de l'âge (de départ) et de la durée d'activité est discutée en dehors de la concertation" menée par le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, déplore-t-il.

Et le dirigeant syndical de prévenir: "Si le gouvernement ne change pas son fusil d'épaule, la mobilisation, et s'il le faut une grève, sera à l'ordre du jour".