"Nous appelons (...) tous les élus et citoyens prêts à s'engager localement, à se retrouver, à des échelles locales, départementales ou régionales, pour discuter concrètement ensemble sur des projets communs adaptés à leurs territoires, à travers un socle de valeurs communes d'humanisme et de solidarité", écrivent les auteurs de ce texte envoyé lundi à l'AFP, à la veille d'une conférence de presse au Sénat.

Les signataires affirment se retrouver, au-delà de leurs histoires et étiquettes, sur "la lutte contre toutes les fractures territoriales, urbaines et rurales", "l'urgence de la transition écologique", "une véritable politique d'accueil des migrants", le "renforcement de la démocratie participative", le "choix de la construction européenne comme espace nécessaire de régulation".

Favorables à "des régulations économiques au service de l'accès à l'emploi pour tous, de la lutte contre les précarisations, d'une meilleure redistribution des richesses", ils veulent construire une "alternative crédible au néo-libéralisme".

Parmi les signataires, outre M. Dantec, figurent :  l'ancienne députée européenne EELV Sandrine Bélier, deux adjoints EELV de la maire de Paris, Célia Blauel et Christophe Najdovski, le sénateur PS Jérôme Durain, la sénatrice Générations Sophie Taillé-Polian, le co-président de Place publique Jo Spiegel, le député Générations Régis Juanico, et le climatologue Jean Jouzel.

A quelques mois des municipales, ils promettent l'organisation prochaine de "rencontres" - la première réunion locale aura lieu à Bordeaux le 27 juin et la première réunion nationale à Paris le 29, selon M. Dantec.

Ils promettent d'être attentifs aux "différentes initiatives associatives et citoyennes qui émergent" et entendent promouvoir dans les conseils municipaux une "nouvelle génération de jeunes élus".