"La France demeure en 2018 la première destination mondiale", s'est félicité le gouvernement lors d'un Comité interministériel du Tourisme présidé par le Premier ministre Edouard Philippe.

L'Hexagone a ainsi accueilli l'an dernier 89,4 millions de visiteurs étrangers, soit "une hausse de 3% par rapport à 2017, et un nouveau record de fréquentation", indique le communiqué.

Le gouvernement ambitionne d'accueillir 100 millions de touristes internationaux d'ici fin 2020.

Jusqu'à présent, seul l'Insee, en avril, avait communiqué des chiffres officiels de fréquentation pour 2018, faisant état d'un total de 438 millions de nuitées (cumulées par les visiteurs français et étrangers) dans les hébergements touristiques du territoire.

L'Institut statistique avait souligné que la fréquentation, certes record, aurait pu être encore meilleure sans les grèves du printemps dans les transports, et surtout les "gilets jaunes" qui ont affecté l'hôtellerie en décembre.

Pour 2018, les dépenses des visiteurs internationaux sont estimées à 56,2 milliards d'euros, soit une progression de 5% sur un an, et atteignent "leur plus haut niveau historique", précise le gouvernement.

Il souligne que l'augmentation de la fréquentation "est la plus marquée pour la clientèle en provenance d'Asie, en progression de 7,4%", même si le gros des touristes étrangers (79%) proviennent d'Europe.

En ce qui concerne le tourisme d'affaires, selon le classement par villes de l'International Congress and Convention Association (ICCA), "Paris regagne sa place de première destination d'accueil des congrès internationaux avec 212 congrès, devant Vienne (172), Madrid (165) et Barcelone (163)". 

Concernant le début de l'année 2019, "le contexte est un peu différent, il y a un impact des +gilets jaunes+ sur le premier trimestre", a relevé devant des journalistes Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat au quai d'Orsay en charge du Tourisme.

"Malgré un début d'année 2019 plus contrasté (baisse de 5,6% de la fréquentation sur les deux premiers mois de 2019 par rapport à la même période de 2018), les professionnels de l'hôtellerie restent optimistes selon l'indice de confiance mesuré par l'Insee, qui est en progression au mois de mars", tient néanmoins à souligner le gouvernement. 

"Les réservations aériennes à 6 mois depuis les États-Unis, qui constituent la première clientèle touristique extra-européenne, sont en augmentation de 3,4%. Et les recettes touristiques progressent encore en janvier et février 2019", est-il précisé.