"Restauration rapide, pas rapide, ce n'est pas du tout ce qui m'anime. Ce qui m'anime c'est de dire +est-ce qu'on peut manger bon, rapidement et pas trop cher?+ Il y a une proposition artisanale à faire sur une gamme entre 5 et 10 euros pour une clientèle qui à midi a besoin de se nourrir dans un contexte plaisir et bien-être et en ayant des produits bien sourcés", explique Thierry Marx à l'AFP. 

Et "il n'y a pas de raison que ce soit moche", poursuit le chef du restaurant Mandarin Oriental et de la brasserie L'Étoile du Nord à la gare du Nord à Paris, avant l'ouverture de Marxito prévue le 29 octobre.

Amoureux comme Thierry Marx de l'esthétique minimaliste japonaise, le designer avant-gardiste Ora Ito signe l'aménagement intérieur rose poudré du Marxito sur 170 m2 avec 50 places assises. Les tables sont en courbure, descendant du plafond avant de se transformer en plan autour duquel s'assoient les convives.

Au menu, le sandwich de sarrasin, décliné en salé et sucré à partir de 4 euros et même la glace au sarrasin. Le prix des menus midi ira de 15 € à 17 €.

"Le marxito n'est pas une galette bretonne, ni un blini, c'est une hybridation de tout ça et cela nous fait marrer. Chez nous c'est un produit semi-fermenté et toasté et on met ce qu'on veut dedans" en fonction des saisons: saumon fumé, pastrami de bœuf, légumes à pâte de curry en automne, de la tomate et de la fraise en été, dit Thierry Marx.