Les voitures volantes ont alimenté l’imaginaire des inventeurs depuis le début du 20ème siècle avant d’être popularisées par le cinéma, avec des productions futuristes qui ont traversé les générations. Loin de la simple fiction des films de science-fiction comme Retour vers le futur ou Le Cinquième Élément, la voiture volante se rapproche jour après jour de la réalité grâce aux nouvelles innovations technologiques.

De nombreux prototypes de voitures volantes en cours de développement

De nombreuses startups considèrent la voiture volante comme le moyen de transport de demain et il faut dire que l’enthousiasme des grands acteurs de l’aéronautique n’est pas en reste. Le géant Airbus a par exemple déjà dévoilé son concept car Pop Up lors du Salon de l’Automobile de Genève pour une commercialisation prévue d’ici une petite dizaine d’années.

On peut alors distinguer deux conceptions bien différentes. D’un côté, on trouve des véhicules à décollage horizontal à l’instar d’un avion sur une piste. On peut notamment citer l’AeroMobil avec ses ailes pliantes et dont les tests sont déjà concluants. Il en est de même pour le projet Pégase de la start-up française Vaylon qui s’apparente à un véhicule de type buggy combiné à un ULM, ultra-léger motorisé, et qui vient de réussir avec brio à traverser la Manche. À défaut d’être particulièrement futuriste, Pégase est opérationnel et a même obtenu les homologations nécessaires sur route et dans les airs au niveau européen. D’un autre côté, on trouve les véhicules qui devraient décoller à la verticale en profitant des avancées technologiques en matière de drone. Ainsi, le Pal-V permet de déployer des hélices pour se transformer en gyrocoptère. DeLorean s’attèle également au développement d’une voiture volante à décollage vertical avec un premier prototype fonctionnel prévu en 2018 bien que le concept avec deux ailes rétractables à l’avant et à l’arrière semble loin de celui développé dans le film qui a fait la notoriété de la marque.

Quand voyager plus vite devient une obsession

Dans tous les cas, passer du bitume aux nuages ne semble plus être qu’un pur fantasme d’autant plus que les progrès en matière de véhicule autonome permettraient de disposer d’une voiture volante sans pilote pour éviter de devoir disposer d’une licence de pilotage en plus de son permis de conduire. Au final, si la technologie avance très vite, c’est la complexité en matière de règlementation air/sol qui risque de couper les ailes aux voitures volantes. En parallèle, le projet Hyperloop avance à grands pas de son côté.