Le jeune homme, âgé de 19 ans qui a été interpellé dans le XIXe arrondissement de Paris à 16H00, était muni d'une arme "inoffensive de type airsoft" (propulseur de petites billes en plastique), selon des sources concordantes, confirmant une information d'Europe 1.

"Cette interpellation s'est déroulée sans incident", précise le communiqué de la PP. Le jeune homme "est à présent pris en charge par les enquêteurs du 2e district de Police Judiciaire" (2e DPJ), est-il ajouté.

Il a été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour "port d'arme", "violences avec arme sans ITT" et "intrusion dans un établissement scolaire avec arme", a précisé une source judiciaire.

"Prévenus par les responsables d'établissements scolaires", les services de police étaient mobilisés depuis 08H00 du matin "pour retrouver la trace de l'individu", "l'interpeller et élucider les motifs de sa présence et de son attitude", avait expliqué la PP, dans un premier communiqué laconique.

Le recteur de l'académie de Paris avait "diffusé des consignes de vigilance aux entrées et aux abords des établissements" et les services de la préfecture de police étaient "également mobilisés à proximité des établissements", selon le premier communiqué.

Aucune consigne de confinement général n'avait été donnée.

Dans un lycée du XXe arrondissement, le lycée Maurice-Ravel, les élèves ont toutefois été confinés dans la matinée, avec les entrées et sorties d'élèves interdites, sur décision du chef d'établissement, a-t-on appris auprès du rectorat de Paris. La consigne a été levée en fin de matinée.

Riania, élève de seconde dans ce lycée, avait assuré à l'AFP avoir croisé mardi matin "un homme à l'attitude étrange", d'une vingtaine d'années maximum, qui cherchait à s'infiltrer dans l'école. 

Cette jeune fille de 15 ans et une amie ont remarqué que l'individu "boitait beaucoup" et portait un bracelet d'hôpital. Il avait affirmé venir d'une école d'ingénieurs de l'est parisien et s'être fait tirer dessus la veille, ont-elles dit.