M. Muscat a dû se résoudre à quitter son poste prématurément car il était accusé d'interférences dans l'enquête sur l'assassinat de la journaliste, qui tenait un blog très suivi où elle dénonçait la corruption des élites politiques et économiques de l'archipel.

L'avocat Robert Abela, 42 ans, lui a succédé ce week-end à la tête du Parti travailliste maltais, majoritaire au Parlement, devenant automatiquement chef du gouvernement. Il a prêté serment lundi.

M. Muscat a été contraint d'annoncer sa démission le 1er décembre après des semaines de manifestations et alors que l'étau de l'enquête se resserrait sur ses plus proches collaborateurs: son chef de cabinet Keith Schembri et le ministre du Tourisme Konrad Mizzi. 

"Muscat ne devrait pas se mettre simplement en retrait, il devrait être en prison. Il a au minimum couvert les agissements" de MM. Schembri et Mizzi, a accusé Mme Vella.

Les noms des deux hommes étaient apparus dans le volet maltais des Panama Papers creusé par Daphne Caruana Galizia. Elle avait révélé qu'ils avaient ouvert des comptes au Panama sur lesquels des fonds occultes auraient été versés par une société basée à Dubaï, la 17 Black. 

Le propriétaire de la firme, le magnat de l'hôtellerie, des casinos et de l'énergie, Jorgen Fenech, a été intercepté en novembre alors qu'il tentait de fuir Malte sur son yacht. Il a été inculpé de complicité dans l'assassinat, aux côtés de trois malfrats considérés comme des exécutants.

M. Fenech a désigné M. Schembri comme "le vrai commanditaire" du meurtre de la journaliste mais, pour le moment, celui-ci ne fait pas l'objet de poursuites.

- "Justice pour Daphne" -

Du nouveau Premier ministre, la soeur de la blogueuse attend surtout "la justice pour Daphne. Ce qui signifie que tous ceux qui sont impliqués dans le meurtre doivent être renvoyés en justice".

Pour Mme Vella, il faut aussi "réparer le système de justice pénale qui est détruit, et pas avec des platitudes ou en gardant les gens d'avant dans l'orbite du (nouveau) Premier ministre".

Autre "nécessité absolue": changer la Constitution pour garantir l'Etat de droit et la séparation des pouvoirs qui est "cruciale", entre le gouvernement et le système judiciaire et policier. A cet sujet, Mme Vella appelle à appliquer les recommandations internationales formulées notamment par le Conseil de l'Europe et le parlement européen.

Interrogé sur la popularité intacte de M. Muscat et du Parti travailliste, Mme Vella l'explique par un "boom économique alimenté par la destruction de l'environnement, l'érosion de l'Etat de droit, l'abandon de tout type de contrôle sur la planification, des problèmes de corruption et criminalité".

Elle a fustigé en particulier la vente par Malte de passeports "dorés" qui permettent une installation de sociétés ou personnes dans l'archipel et donc au sein de l'Union européenne. Certaines activités sont légales, mais "nous vendons aussi des passeports à des gens qui sont impliqués dans le blanchiment d'argent à l'échelle internationale".

La soeur de Daphne voit toutefois "un motif d'espoir" dans l'émergence, depuis l'assassinat de sa soeur, de mouvements civiques comme Occupy Justice et Repubblika qui a diffusé ce week-end un manifeste exigeant l'assainissement de la vie politique et d'une économie "sous stéroïdes" (casinos, sociétés de jeux de hasard et offshore, etc..).