Pour réaliser son enquête « Les PME-ETI et les réseaux sociaux », Bpifrance a interrogé plus de 1 600 entreprises françaises dont 95 % emploient moins de 250 salariés et 39 % moins de 20. Il en ressort d'abord que ces entreprises sont très présentes sur Internet. Ainsi, 80 % d'entre elles disposent d'un site web classique et 21 % d'un site marchand. Quant aux réseaux sociaux, elles sont 71 % à y détenir un compte, sachant que Facebook et LinkedIn sont les deux seuls réseaux sur lesquels plus de la moitié des entreprises interrogées sont présentes.

Présentes, mais peu actives

Si elles sont nombreuses sur les réseaux sociaux, seules 36 % des PME interrogées affirment animer régulièrement leur compte. Les autres (64 %) avouent être inactives ou peu actives. Les trois principaux critères d'implication des entreprises sur ces plates-formes mis en lumière par l'enquête sont l'engagement personnel du dirigeant sur ces nouveaux outils, la formation des collaborateurs à leur usage et un pilotage de l'activité « réseaux sociaux » par une équipe marketing. Et sur ce premier point, l'étude nous apprend que 72 % des dirigeants interrogés se disent inactifs ou peu actifs sur les réseaux sociaux.

Peu de moyens mobilisés

Lorsqu'on les interroge sur les dépenses consacrées (coûts de personnel inclus) en 2017 aux réseaux sociaux, 42 % des entreprises répondent 0 €. Or, selon les experts sollicités par Bpifrance, pour « un premier pas vers une présence active, un minimum de 10 000 € » est nécessaire. Et seules 14 % des entreprises de ce panel consacrent au moins ce budget à leur communication réseaux. Quant aux actions de formation destinées aux collaborateurs, elles n'ont été engagées que dans 31 % des entreprises interrogées.