Comme chaque année, Reporters sans frontières (RSF) a dévoilé le "Mémorial des reporters", une stèle blanche portant les noms des journalistes tués durant l'année écoulée.

Reporters de guerre, journalistes d'investigation, ils ont été tués "dans des circonstances très particulières", a rappelé le secrétaire général de RSF Christophe Deloire.

Dans un discours, le responsable de l'ONG a rendu un hommage appuyé à Jamal Khashoggi et souligné "la tristesse de lire le nom d'une jeune journaliste" de Lyra McKee, citant aussi ceux de Jan Kuciak, Camille Lepage, Remy Ochlik.

Jamal Khashoggi, journaliste critique du pouvoir saoudien avait été tué puis démembré dans le consulat de son pays à Istanbul par un commando saoudien, le 2 octobre 2018. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Lyra McKee, 29 ans a été tuée le 18 avril à Londonderry, à la frontière irlandaise, victime de balles perdues du groupe dissident la Nouvelle IRA lors d'affrontements avec la police.

Des proches et collègues des deux journalistes étaient présents à la cérémonie.

"Jusqu'à cette année, il n'y avait sans doute encore aucun nom de journaliste tué dans le cadre d'un crime d'État par les hommes de mains d'un régime, dans une enceinte diplomatique, ça je dois dire qu'on avait jamais vu", a relevé M. Deloire.

"Les derniers mots de Jamal Khashoggi, à ceux qui allaient le tuer, ont été: ne maintenez pas ma bouche fermée. Il le disait en faisant référence à l'asthme dont il était l'objet", a souligné M. Deloire.

Sa parole a "une force symbolique" qui est "extrêmement forte", portée aujourd'hui par sa fiancée Hatice Cengiz, a-t-il ajouté.

"Il faut qu'au pied de ce monument nous puissions mener ce combat, pour que l'engagement de Jamal Khashoggi puisse subsister", a déclaré la fiancée du journaliste, lors de la cérémonie.

En 2018, 80 journalistes ont été tués dans le monde, soit une hausse de 8% par rapport à 2017, selon RSF. Plus de la moitié d'entre eux ont été assassinés, sciemment visés, au motif que leurs enquêtes dérangeaient les intérêts de telles ou telles autorités politiques, économiques ou groupes mafieux.

Ouverte depuis lundi, la 26e édition du Prix Bayeux-Calvados se termine dimanche.