Deuxième secteur de l’artisanat, le secteur de la coiffure peine à s’adapter aux mutations technologiques actuelles : c’est le bilan d’une étude menée en 2018 par l’UNEC (Union Nationale des Entreprises de Coiffure) et la DGE (Direction Générale des Entreprises) sur la digitalisation des salons de coiffure qui témoigne d’un important retard du secteur en la matière. Pourtant, force est de constater que le salon de coiffure a de nombreux avantages à tirer de la révolution numérique, y compris en termes de visibilité ! À plus forte raison que la grande majorité des clients font des recherches sur Internet avant d’arrêter leur choix.

Le défi : couper court (aux idées reçues)

Les outils des pros du digital peuvent contribuer de manière significative aux prestations d’un coiffeur. Ils peuvent également soutenir le développement de son activité.  Toutefois, le constat de l’étude réalisée par l’UNEC et la DGE est sans appel : seulement deux tiers des professionnels possèdent des outils informatiques, ne s’en servant que pour des tâches administratives. Les coiffeurs sont également peu nombreux à utiliser pleinement les possibilités offertes par Internet aux entreprises. Moins d’un coiffeur sur deux communique en ligne et moins d’un salon de coiffure sur trois possède un site web. En comparaison 61% du total des artisans dispose d’une plateforme en ligne.

Les coiffeurs utilisent, en effet, peu les outils digitaux pour promouvoir leur activité ou fidéliser leurs clients. Autre exemple : un peu plus de la moitié seulement ont créé une page Facebook, et très peu ont recours à YouTube. Par ailleurs, seuls 18 % utilisent le contact par SMS alors que le coût de cette technologie est relativement accessible. En cause, la méconnaissance et les préjugés sur la complexité ou le coût de la digitalisation qui représentent de véritables freins, d’où l’importance du rôle de l’UNEC dans la résolution de ces problématiques.

Que déduire du boom des start-up dédiées à ce domaine ?

Si de nombreux coiffeurs n’ont pas encore amorcé le virage du digital, de multiples start-up ont déjà compris tout le potentiel offert par ce secteur. Citons par exemple des structures telles que LeCiseau.fr ou Planity, qui simplifient la prise de rendez-vous en ligne. Et la prise de rendez-vous n’est pas le seul point pris d’assaut par ces sociétés : Wavy et FlexiBeauty proposent aussi des applications, des logiciels de gestion ou encore des boutiques en ligne clés en main.

D’autres start-up se tournent vers l’innovation technologique et l’IoT (Internet des objets) pour intégrer des solutions connectées directement au sein du salon de coiffure, ceci afin d’améliorer le confort des clients ou de faciliter la gestion de la relation entre celui-ci et son coiffeur.

Les professionnels ont donc pu enrichir leur savoir numérique, mieux appréhender les enjeux du digital dans leur quotidien et gagner en visibilité.


Auteur Valérie Ramarozatovo - création le : 14.05.2018