Les derniers chiffres présentés fin janvier par Pôle Emploi confirment la baisse du chômage en France, consolidée tout au long de l’année 2019. Décryptage des données clés sur l’emploi.

Il s’agit là de la meilleure performance enregistrée depuis la crise de 2008 : le nombre de demandeurs d’emploi sans activité (catégorie A) a diminué de 3,3 % en 2019 (3,1 % en France métropolitaine) pour s’établir à 3 553 millions de demandeurs d’emploi. Au dernier trimestre 2019, le taux de chômage s’établit donc en France à 8,6 % de la population active.

Quels sont les derniers chiffres du chômage en France ?

2019 s’annonce comme un excellent millésime en matière de diminution du chômage avec une baisse totale du nombre de demandeurs d’emploi de 121 000 personnes. Il s’agit d’une tendance à l’œuvre depuis le milieu de l’année 2018, les données de ce dernier trimestre confirmant cette évolution.

Les catégories B et C définies respectivement par Pôle Emploi, comme les chômeurs exerçant une activité réduite courte et les chômeurs exerçant une activité réduite de longue durée sont également touchés par cette baisse, dans une moindre mesure.

Toutes catégories confondues, les chiffres du chômage sur le territoire français bénéficient d’une baisse de 2,2 % sur un an, avec 6 415 millions de demandeurs d’emploi à la fin de l’année. Comparativement, ils étaient 6 561 millions fin 2018 à la recherche d’un travail.

Cette tendance à la baisse touche particulièrement les 25-49 ans (-4 %) d’après Pôle emploi) et plus sensiblement les seniors (-2,1 %) et les jeunes (-1,7 %). Elle concerne de manière égale les hommes (-3,2 %) et les femmes (-3,3 %) en France métropolitaine.

Quelles réalités pour l’emploi en France ?

Ces chiffres sont encourageants, mais attention à bien les interpréter.  S’il est vrai que de nombreuses personnes ont effectivement trouvé du travail, la sortie des statistiques ne signifie pas forcément la reprise d’un nouveau travail, mais peut aussi indiquer l’entrée en formation, l’arrêt de la recherche (retraite, maladie, maternité), la cessation d’inscription pour défaut d’actualisation, la radiation ou d’autres raisons telles que le déménagement, ou la découverte d’un titre de séjour non valide.

Ainsi, en 2019, 70 500 personnes supplémentaires par rapport à 2018 ont en effet trouvé un emploi, soit une hausse de 5,5 %. Le nombre de formations et de stages a augmenté de 14 %, avec 86 100 personnes de plus qu’en 2018. Enfin 47 4000 personnes supplémentaires ont subi une cessation d’inscription pour défaut d’actualisation soit une hausse de 1,7 % et 1500 radiations ont été recensées.

Si ces chiffres sur le chômage montrent que la baisse est due à de nombreuses facteurs, ils restent globalement très positifs pour le futur.  Les récentes projections font état d’un taux de chômage qui pourrait diminuer à 8,2 % en 2020, soit un nouveau record depuis 2008.