"Le Canada est déçu de la décision des Philippines de rappeler son ambassadeur et ses consuls généraux", a déclaré le ministère canadien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le gouvernement de Justin Trudeau continuera "à travailler sur ce problème" et espère "arriver bientôt à une solution", a indiqué le Premier ministre canadien, interrogé jeudi lors d'une conférence de presse à Paris.

Les relations diplomatiques entre le Canada et les Philippines se sont détériorées en raison d'une centaine de conteneurs canadiens envoyés aux ports philippins en 2013 et 2014, dont certains remplis de déchets en décomposition mal étiquetés comme étant recyclables.

Manille avait fixé un ultimatum au 15 mai pour que le Canada rapatrie ces déchets, à la suite de vives critiques émises par le président philippin Rodrigo Duterte à ce sujet le mois dernier.

Le ministre philippin des Affaires étrangères, Teodoro Locsin, a déclaré que des lettres rappelant l'ambassadeur et les consuls du Canada avaient été envoyées et que les diplomates seraient à Manille "dans un jour ou deux". 

"Le Canada a raté la date limite du 15 mai. Et nous maintiendrons une présence diplomatique réduite au Canada jusqu'à ce que ses déchets y soient acheminés par bateau", a écrit M. Locsin sur Twitter.

"A maintes reprises, le Canada a rappelé au gouvernement philippin son engagement à (ré)expédier et éliminer rapidement ses déchets aux Philippines", s'est défendu le gouvernement canadien dans son communiqué. 

Le porte-parole de M. Duterte a déclaré que cette décision était un avertissement au Canada que les Philippines étaient prêtes à rompre les liens diplomatiques avec Ottawa. 

"La position du président est très claire: reprenez-les, sinon nos relations sont terminées", a déclaré Salvador Panelo à la presse.