L'indice CAC 40 a perdu 79,64 points à 5.358,59 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,48 milliards d'euros. Vendredi, il avait fini en léger repli de 0,18%.

L'indice parisien a ouvert en légère baisse avant de creuser nettement ses pertes au fil de la séance.

"Le marché est en consolidation suite aux inquiétudes liées aux tensions sino-américaines après une semaine plutôt porteuse. Mais pour le moment, le mouvement n'est pas extrême", a résumé à l'AFP Marco Bruzzo, directeur général délégué de Mirabaud AM. 

"La montée en puissance des tensions sino-américaines à la suite du cas Huawei a entraîné un retour de l'aversion au risque", a-t-il souligné.

Le ministère américain du Commerce a placé mercredi Huawei sur une liste d'entreprises suspectes auxquelles les groupes américains ne peuvent fournir d'équipements qu'après avoir obtenu un feu vert des autorités.

Dans la nuit de dimanche à lundi, le géant américain Google, dont le système Android équipe l'immense majorité des smartphones dans le monde, a annoncé qu'il coupait les ponts avec le géant chinois des télécoms, une décision lourde de conséquences pour le fabricant, qui risque de ne plus pouvoir offrir Gmail ou Google Maps à ses clients.

Les dernières mesures de l'administration Trump ont eu des répercussions sur l'ensemble du secteur technologique.

Les secteurs défensifs (dont Orange, Veolia et Engie) ont surperformé tandis que les secteurs cycliques ont été en souffrance, illustrant les inquiétudes des investisseurs sur les tensions sino-américaines.

Autre sujet de tension politique, la communauté internationale redoute une escalade militaire dans le Golfe persique après l'annonce d'un renforcement de la présence militaire américaine au Moyen-Orient pour faire face à de présumées "menaces" iraniennes.

- les semi-conducteurs laminés -

Le secteur des semi-conducteurs et, par ricochet, celui de l'informatique, étaient à la peine dans le sillage des sanctions américaines à l'encontre de Huawei.

STMicroelectronics a plongé de 9,08% à 14,17 euros et Soitec de 7,56% à 78,30 euros. Atos a perdu 3,55% à 69,08 euros à l'instar de Dassault Systèmes (-2,69% à 137,50 euros), d'Altran (-3,40% à 10,65 euros) et de Capgemini (-2,31% à 103,80 euros).

Le secteur du luxe, sensible à la Chine, a été aussi frappé de plein fouet. LVMH a cédé 3,17% à 330,05 euros, Kering a fléchi de 3,60% à 503,20 euros et Hermès a reculé de 2,68% à 603,40 euros.

Orange a avancé de 0,98% à 13,96 euros et Total a pris 0,11% à 49,23 euros, conforté par la hausse des cours du brut sur fond de tensions au Moyen-Orient et de l'appel de l'Arabie saoudite à prolonger l'accord de limitation de la production malgré un contexte géopolitique tendu. 

Boiron s'est enfoncé de 4,05% à 41,50 euros pour sa reprise de cotation. La Haute Autorité de Santé (HAS) a émis une recommandation "défavorable" au maintien du remboursement des produits homéopathiques par l'assurance maladie, dans un avis préliminaire d'évaluation, a confirmé vendredi le fabricant.

Euronext CAC40