"Unzipped", expo-évènement qui célèbre les 60 ans de carrière de la bande à Mick Jagger et Keith Richards, doit s'y tenir du 10 juin au 5 septembre. 

Des "créneaux de réservation" sont prévus pour limiter le nombre des visiteurs, "200 par séance" sur les 2.000 m2 dédiés, dans le respect des protocoles sanitaires, ont indiqué Martin d'Argenlieu (directeur grands projets de l'Olympique de Marseille) et Philippe Manœuvre, célèbre critique-rock, parrain de l'évènement, lors d'une conférence de presse en visio depuis le Vélodrome jeudi matin. 

"Vous allez adorer", a lancé en français Mick Jagger dans un message vidéo enregistré. Des membres des Rolling Stones viendront-ils en personne cet été au Vélodrome ? "Ils ne nous ont pas dit non", a dribblé Martin d'Argenlieu.  

L'exposition sera-t-elle la même que la version dévoilée à Londres en 2016 ? "Elle sera différente, elle a été repensée", a précisé Philippe Manœuvre, glissant que 400 objets des Stones seront présentés et que le visiteur terminera en immersion "dans le concert mythique du groupe à La Havane".

L'histoire de Marseille et des Stones avait pourtant mal commencé. Pour leur premier concert dans la ville phocéenne, en mars 1966 à la salle Vallier, Jagger reçoit "une chaise dans le visage", comme le rappelle Philippe Manœuvre.

"J'ai rencontré le jeune homme qui a lancé cette chaise à Marseille lors d'une séance de dédicace (Manœuvre a écrit nombre de livres sur le rock, ndlr)", a raconté le critique-rock à l'AFP au téléphone après la conférence de presse. "Il a dit, devant une salle pétrifiée, +je voudrais dire que c'était un geste purement enthousiaste (rires), je ne voulais pas arrêter le concert+", poursuit le journaliste. "Il a raconté que la salle avait été prise d'une sorte de folie collective sur +(I can't get no) Satisfaction+, développe Manœuvre. Le concert est devenu mythique". 

"Jagger, l'arcade sourcilière en sang a été conduit à l'hôpital par Jean Sarrus, futur Charlots, qui était à l'époque dans le groupe Les problèmes", précise encore Philippe Manœuvre. Ce qui n'a pas empêché les Stones de revenir en concert à Marseille en 1990, 2003 et 2018. 

"Ils ont choisi Marseille pour l'exposition car Marseille est une ville rebelle", a souligné Martin d'Argenlieu.

A l'exposition de Londres, outre les guitares de Richards, les costumes de Jagger, on pouvait aussi voir une reconstitution du premier appartement déglingué du groupe à Chelsea, quartier londonien, décor qui sera aussi du voyage à Marseille. 

Les visiteurs à Marseille pourront eux aussi déambuler dans ce deux pièces miteux et trash, qui se situait au 102 Edith Grove, entre vaisselle en souffrance, mégots, disques de Chuck Berry et Muddy Waters et vieilles chaussettes au milieu de lits évidemment défaits. "Une porcherie", comme l'avait résumé un jour Richards.

Même l'odeur était reconstituée à Londres et le visiteur était accueilli par des effluves de chicken tandoori, le plat préféré de Jagger, et de fish&chips, choix de Richards et Brian Jones (membre fondateur décédé en 1969).