Selon le journal Les Echos, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin devrait annoncer son plan "d'économies" aux responsables des principales directions sous sa tutelle, dont la Direction générale des finances publiques (DGFIP) et les Douanes. 

Selon la même source, qui a révélé l'information dimanche 8 juillet, "jusqu'à 20.000 postes pourraient être supprimés" sur la durée du quinquennat. Ces chiffres, avancés par les syndicats du ministère, n'ont "jamais été démentis par la direction", selon la porte-parole du syndicat  Solidaires finances publiques, qui s'inquiète de ce grand coup de balai dans l'administration fiscale. Contacté par l'AFP dimanche soir, le cabinet de Gérald Darmanin a indiqué qu'il "ne confirm(ait) pas les informations des Echos".

40% des suppressions d'emplois publics pour la seule DGFIP?

La réunion, prévue mercredi, doit aborder le "mode d'organisation" de l'administration fiscale, avec en ligne de mire la question des "économies". "Il y aura bien une réunion mercredi, durant laquelle seront annoncés des plans de transformation pour Bercy, notamment pour remettre les services publics dans les territoires", a déclaré pour sa part à l'AFP une source gouvernementale. 

Forte de 103.000 agents et d'un budget de huit milliards d'euros, la DGFIP est la deuxième plus grande administration civile de l'Etat. Elle pourrait ainsi assumer une charge conséquente dans les 50.000 suppressions d'emplois publics prévues par le gouvernement sur la durée du quinquennat.

Dans un rapport publié le 20 juin 2018, la Cour des comptes avait estimé que l'administration fiscale devait accroître ses efforts pour "améliorer le service rendu" aux contribuables et "réduire ses coûts".

"La Cour des comptes a dit 30.000 (suppressions d'emploi, NDLR). Le chiffre de 20.000 est 'plausible' mais n'est pas absorbable" par les départs à la retraite d'ici à 2022, a encore précisé la secrétaire nationale de Solidaires finances publiques, Mme Guyot Welke.

Denis Grégoire, secrétaire général CFDT Finances, estime pour sa part que "pour 2019, ce sera en deçà des 4.000" suppressions de postes dans l'administration fiscale.

Dans un rapport distinct, rendu public fin juin, sur "la situation et les perspectives des finances publiques", la Cour des comptes a estimé qu'afin d'atteindre les 50.000 suppressions de postes dans la fonction publique d'Etat, il était nécessaire d'en supprimer 70.000 au total, compte tenu des créations de postes prévues (20.000), par exemple dans la Défense ou l'Éducation.

Ce lundi, Bercy a formellement démenti la suppression de 20.000 postes.