"Au 9 juillet, 459 mineurs honduriens avaient été séparés de leurs parents, selon les rapports officiels", a annoncé le ministère des Affaires étrangères hondurien dans un communiqué. Jeudi, la directrice en charge de la protection des migrants, Liza Medrano, avait évalué ce nombre à 313.

Au total, 289 parents honduriens ont par ailleurs été arrêtés aux Etats-Unis, selon le ministère.

Le 7 mai, le gouvernement de Donald Trump a ordonné la séparation des parents et des enfants entrés sans papiers aux Etats-Unis, avant de renoncer à cette mesure fin juin, à la suite de pressions nationales et internationales.

Une note envoyée à la secrétaire américaine à la Sécurité intérieure, Kirstjen Michele Nielsel, affirme que "le ministère des Affaires étrangères du Honduras s'est félicité de la décision des autorités américaines de mettre fin à la séparation des familles", précisait le communiqué.

La ministre des Affaires étrangères María Agüero a demandé "d'urgence" la liste officielle des familles séparées ainsi que la localisation des parents et de leurs enfants afin de les réunir.

Les Etats-Unis ont promis de réunir parents et enfants au plus tard le 26 juillet, selon Mme Medrano.