86% des salariés considèrent que la RSE est un sujet important ou prioritaire. Comment est-elle perçue et intégrée en entreprise, dans les TPE-PME, par les salariés et les dirigeants ? Décryptage.

La perception de la Responsabilité sociétale et environnementale en entreprise

Publié par le MEDEF et réalisé par KANTAR, le baromètre national 2020 de la perception de la RSE, permet de mieux cerner ses enjeux dans un contexte économique et sanitaire inédit du fait du Covid-19 en France.
On note tout d’abord qu’en 2020, la compréhension de ce qu’est le développement durable a évolué chez les salariés, avec une vision plus globale, alors qu’il était auparavant plus intuitivement cantonné à ses aspects environnementaux. Rappelons que le développement durable recouvre en réalité de nombreuses autres préoccupations sociales et économiques comme les achats responsables, l’éthique, la transparence dans la communication ou encore la gouvernance.

Marqués par le Covid-19, les salariés ont considéré le volet environnemental du développement durable comme étant moins important. La qualité de vie et la santé au travail sont devenues les axes prioritaires aux yeux des salariés. Au-delà du contexte sanitaire, le volet environnemental est assez peu investi par les TPE-PME qui ont le sentiment d’avoir assez peu d’impact sur l’environnement du fait de leur taille et de leurs activités.

La crise du Covid a permis une amélioration de la connaissance des valeurs de l’entreprise par les salariés (52% en 2020 contre 45% en 2019), on apprend dans le baromètre que plus l’entreprise est grande, plus les salariés sont sensibilisés aux valeurs de leur entreprise.
La raison d’être de l’entreprise reste le parent pauvre en termes de perception chez les salariés : seuls 4 salariés sur 10 pensent que leur entreprise a une mission, une raison d’être, un projet d’entreprise ou même un slogan.

Comment les TPE-PME intègrent-elles la RSE dans le fonctionnement de leur entreprise ?

Selon une étude de Bpifrance Le Lab, 50% des PME-ETI mènent une démarche RSE et 26% ont une démarche structurée autour d’un plan d’action RSE. Néanmoins il est intéressant de relever que les 2/3 des démarches RSE ont été initiées récemment, il y a moins de 5 ans au moment de l’enquête. Dans les PME en France, on constate que le niveau d’engagement est à la hauteur des convictions personnelles du dirigeant.

Parmi les applications concrètes de la RSE dans les TPE on retrouve une multitude d’actions :
-    Une gouvernance ouverte (accès au capital ouvert aux salariés de l’entreprise, transparence dans la communication de l’entreprise quant aux résultats financiers et d’exploitation…)
-    Des produits qui s’inscrivent dans une démarche de développement durable (économie circulaire, production à faible impact sur l’environnement, lutte contre l’obsolescence programmée…)
-    Une attention particulière portée sur le bien-être des collaborateurs (adaptation des locaux pour un cadre de travail plus confortable et convivial, management innovant, actions de formation, séances de coaching et de développement personnel…)
-    Des actions de philanthropie (création d’une fondation, financement de projets, développement du tissu associatif local…)
-    Une démarche d’achats responsables (privilégier des prestataires locaux et de produits écoconçus, passage de la flotte des véhicules de l’entreprise à l’électrique…)

Quels sont les secteurs d’activités les plus avancés en termes de RSE ?

Grâce à l’enquête Bpifrance Le Lab « Fier d’être dirigeant », on peut considérer la RSE avec une grille de lecture par secteur d’activité. On constate ainsi que :
-    le secteur des services est le meilleur élève quant aux conditions de travail, 69% des dirigeants de sociétés de services ont passé un accord ou mis en place une mesure de bien-être au travail. C’est aussi le secteur où les axes RSE liés à la gouvernance et aux parties prenantes sont les plus pris en considération ;
-    les secteurs du transport et du tourisme investissent particulièrement l’aspect environnemental de la RSE avec 90% des sociétés de tourisme et de transport ayant des actions de recyclage, tri ou valorisation des déchets. Au sein de ces mêmes secteurs, 70% des sociétés ont une politique d’économie d’eau et/ou d’énergie, contre 40% dans le secteur du BTP par exemple.

L’ensemble des études relatent des données encourageantes sur la RSE (responsabilité sociétale des entreprises), qu’il s’agisse de sa compréhension dans les entreprises ou de l’engagement des dirigeants pour le développement durable. Il reste néanmoins des marges de progrès sur tous les volets de la RSE, dirigeantes, dirigeants, engagez-vous !