Jusqu'alors, lorsqu'une entreprise en difficulté faisait l'objet d'un plan de cession à l'issue d'une procédure collective (redressement ou liquidation judiciaire) et que le bail commercial portant sur le local dans lequel elle exerçait son activité était cédé au repreneur, il n'était pas rare qu'une clause prévoie que ce dernier était garant, avec l'entreprise en difficulté, des loyers dus à la date de la cession.

Une telle clause garantissait au bailleur d'être payé des loyers encore dus par l'entreprise en difficulté puisque ce dernier était en droit de les réclamer au repreneur.

Cette clause sera désormais inopérante. En effet, pour les pouvoirs publics, elle pouvait constituer un obstacle à la cession du bail et donc à la reprise d'une entreprise en difficulté. Conséquence : en dépit de l'existence d'une telle clause, le bailleur ne pourra plus réclamer au repreneur d'une entreprise en difficulté les arriérés de loyers.

Art. 64, loi n° 2019-486 du 22 mai 2019, JO du 23