Rares sont les entrepreneurs qui n’ont jamais été confrontés, un jour, à des difficultés financières. Des interlocuteurs, institutionnels et privés, peuvent aider les entreprises à les surmonter.

Endettement trop élevé, fonds de roulement insuffisant, retard de paiement, perte d’un client stratégique… Alors que 21 % des TPE françaises étaient confrontées à une situation de trésorerie négative au deuxième trimestre 2018, selon le Baromètre des TPE Fiducial-Ifop, les raisons de se retrouver un jour confronté à des difficultés financières ne manquent pas.
Dans cette situation, le risque est de croire que les choses vont se résoudre d’elles même et de laisser la situation s’envenimer. Une erreur qui peut être fatale. Mieux vaut au contraire prendre les devants et mobiliser autour de soi le maximum de soutiens. Les chances de redresser la situation n’en seront que meilleures.

Les CIP apportent leur aide aux entreprises en difficulté

Au nombre d’une soixantaine sur le territoire, les Centres d'information sur la prévention des difficultés des entreprises (CIP), sont des lieux d’accueil et d’écoute des professionnels en difficulté. Ils dispensent des entretiens anonymes, confidentiels et gratuits, aux entrepreneurs, animés par un trio d’experts bénévoles : expert-comptable ou commissaire aux comptes, avocat, ancien juge du tribunal de commerce. Leur rôle est d’écouter les professionnels et de les orienter vers les dispositifs d’aide aux entreprises en difficulté.

La Médiation du Crédit aide à résoudre les problèmes financiers

Autre interlocuteur potentiel, la Médiation du crédit aux entreprises, qui dispose de 105 représentants sur le territoire, vient en aide aux entreprises qui rencontrent des difficultés avec un établissement financier (banque, crédit bailleur, société d’affacturage, assureur-crédit…). Son rôle est de trouver un terrain d’entente entre les parties, en cas de différend financier. Dans plus de 6 cas sur 10, la médiation réussit.
Lancé il y a 2 ans, le réseau des Correspondants TPE de la Banque de France peut également intervenir en cas de difficultés financières, même si son champ d’intervention ne se limite pas à cette seule problématique. Le rôle de ces correspondants est de faire office de relais, auprès des professionnels, pour les orienter vers les soutiens les plus pertinents. Depuis ses débuts, ce réseau a conseillé et aiguillé plus de 5 000 entrepreneurs.

Les autres soutiens à mobiliser en cas de difficultés financières

Autre piste à activer, en cas de difficulté à honorer ses échéances sociales et fiscales cette fois : celle de la Commission des chefs des services financiers (CCSF), une structure commune qui regroupe la direction départementale des finances publiques, l’Urssaf et Pôle Emploi. Elle peut accorder des délais de paiement, le temps que la situation revienne à la normale.
Enfin, le Comité départemental d’examen des problèmes de financement des entreprises (Codefi) peut aider à rechercher des solutions en cas de difficultés financières et faire office de médiateur vis à vis des partenaires de l’entreprise (assureurs, banquiers, créanciers publics ou privés, fournisseurs…).