50 000 personnes seraient victimes d'un arrêt cardiaque chaque année, mais beaucoup ne peuvent pas être immédiatement secourues faute de défibrillateur présent sur les lieux. Aussi, pour remédier à cette situation, la loi est-elle venue imposer aux établissements recevant du public (ERP) d'être équipés de défibrillateurs automatisés externes (DAE) et d'en assurer la maintenance.

À compter du 1er janvier prochain, cette obligation s'appliquera aux établissements recevant du public (ERP) qui peuvent accueillir plus de 300 personnes (ERP de catégories 1 à 3), public et personnel confondus. Sont donc concernés les grands magasins, les grandes entreprises, les hôtels mais aussi les collectivités locales dès lors que la capacité d'accueil de leurs locaux dépasse ce seuil.

En pratique, le DAE devra être visible et facile d'accès. À ce titre, une affiche de signalisation, visible à chaque entrée de l'établissement, devra être apposée. Elle devra indiquer l'emplacement et le chemin d'accès au défibrillateur.

Une obligation progressivement étendue

L'obligation d'être doté d'un défibrillateur automatisé externe sera étendue :
- au 1er janvier 2021, aux ERP de catégorie 4, c'est-à-dire à ceux pouvant accueillir jusqu'à 300 personnes ;
- au 1er janvier 2022, à certains ERP de catégorie 5, à savoir les structures d'accueil pour personnes âgées de moins de 25 résidents, les structures d'accueil pour personnes handicapées de moins de 20 résidents, certains établissements de soins (moins de 100 personnes en cas d'hébergement et moins de 20 avec hébergement), les gares, les hôtels-restaurants d'altitude accueillant moins de 20 personnes, les refuges de montagne et les établissements sportifs clos et couverts accueillant moins de 200 personnes ainsi que les salles polyvalentes sportives.

Loi n° 2018-527 du 28 juin 2018, JO du 29

Décret n° 2018-1186 du 19 décembre 2018, JO du 21

Arrêté du 29 octobre 2019, JO du 13 novembre